Accueil Société

Sophie Wilmès épingle le carnaval d’Alost: «C’est un préjudice à la réputation de la Belgique»

Temps de lecture: 1 min

Les représentations de la communauté juive au carnaval d’Alost «portent préjudice à nos valeurs ainsi qu’à la réputation de notre pays», a réagi dimanche dans un communiqué la Première ministre Sophie Wilmès.

La Belgique est une démocratie «fondée sur des libertés fondamentales dont fait partie la liberté d’expression», rappelle Mme Wilmès. «Cette valeur implique notamment la liberté de critiquer, de blasphémer, de caricaturer.»

Le carnaval face à la loi

Cependant, «cette liberté évolue dans un cadre légal précis qui vise à protéger les individus du racisme, de l’antisémitisme et des autres discriminations», nuance la Première ministre. «Il revient donc aux institutions compétentes et à la justice de déterminer si les faits qui se sont déroulés pendant le carnaval enfreignent la loi.»

«L’utilisation de stéréotypes, de référents stigmatisant des communautés, des groupes humains sur base de leurs origines conduit aux divisions et met en péril le vivre ensemble. A fortiori, quand il s’agit d’actions conscientes et répétées», conclut Mme Wilmès.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

27 Commentaires

  • Posté par Gheys Patrick, lundi 24 février 2020, 8:01

    Sophie Wilmes : un condensé d'idiotie et d'imbécilité. Comment être aussi ridicule quand on ose se prévaloir d'un poste de premier ministre ?

  • Posté par Meersman Olivier, dimanche 23 février 2020, 23:35

    Prends tes pilules et va te coucher Wilmès...

  • Posté par Lefèvre Jean-Luc, dimanche 23 février 2020, 19:26

    Si l'on veut parler de réputation du pays, parlons-en! Au sein de l'état, des voix, et pas des moindres, se sont déjà élevées pour dénoncer un "état failli" (Jean Codt). Ailleurs, c'est l'O.N.U. qui s'est inquiétée du dégel des intérêts des fonds lybiens! D'autres se sont rendus complices d'entourloupes juridiques avec des dictateurs...Alors, qu'un minable (au sens propre) carnaval puisse être montré du doigt et cité à comparaître pour affront à la dignité nationale relève d'une réelle hypocrisie!

  • Posté par Lefèvre Jean-Luc, dimanche 23 février 2020, 19:25

    Si l'on veut parler de réputation du pays, parlons-en! Au sein de l'état, des voix, et pas des moindres, se sont déjà élevées pour dénoncer un "état failli" (Jean Codt). Ailleurs, c'est l'O.N.U. qui s'est inquiétée du dégel des intérêts des fonds lybiens! D'autres se sont rendus complices d'entourloupes juridiques avec des dictateurs...Alors, qu'un minable (au sens propre) carnaval puisse être montré du doigt et cité à comparaître pour affront à la dignité nationale relève d'une réelle hypocrisie!

  • Posté par Coets Jean-jacques, dimanche 23 février 2020, 18:38

    Un pays sans gouvernement, avec des présidents de parti qui lancent des diktats et des ukases, est bien plus préjudiciable à la réputation et l'image du pays que ce carnaval !

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko