Femme tuée par un ou plusieurs chiens en France: les conclusions des analyses ADN attendues en juin

Femme tuée par un ou plusieurs chiens en France: les conclusions des analyses ADN attendues en juin
Jaclyn Clark

Pour faire suite aux précédents communiqués concernant le décès Elisa Pilarski survenu le samedi 16 novembre dernier dans une forêt de l’Aisne (nord de la France), le procureur de la république de Soissons, Frédéric Trinh a fait le point. Selon les informations de l’Union, il a indiqué dans un nouveau communiqué publié lundi que « le rapport d’autopsie a confirmé que le décès de Madame Pilarski était survenu suite à un choc hémorragique consécutif à de multiples plaies, dont les caractéristiques suggéraient l’action d’un, ou plus probablement de plusieurs chiens au regard de la répartition des plaies, de leurs différences de morphologies et de leurs profondeurs, sans qu’il soit possible de dénombrer les animaux en raison des nombreuses morsures intriquées dans une même zone. Le légiste a situé l’heure du décès aux environs de 13h30 avec un intervalle de confiance de 2 heures ».

Des experts nommés

Dans le cadre de l’enquête pour homicide involontaire, la juge d’instruction Bénédicte Alibert a saisi « deux vétérinaires aux fins de réaliser une expertise comportementale du chien Curtis et une analyse des morsures constatées sur le corps d’Elisa Pilarski pour déterminer la race du ou des chiens en cause.

Elle a par ailleurs saisi un expert en chasse aux fins d’apporter un éclairage sur le déroulement de la chasse à courre organisée à proximité. Les constatations du vétérinaire qui a examiné le chien Curtis ont permis de relever plusieurs excoriations cutanées sur son museau et le chanfrein. Par ailleurs, deux incidents de comportement ont été relevés postérieurement au décès de sa maîtresse : deux personnes ont ainsi été saisies par les vêtements pendant l’analyse comportementale tandis qu’une autre personne a été mordue dans la fourrière où le chien est gardé. »

Résultats des analyses ADN en juin

Concernant les prélèvements ADN faits sur les 67 chiens, les 5 du couple Pilarski/Ellul et les 62 de l‘équipage de chasse à courre le Rallye La Passion, le procureur précise : « Plusieurs laboratoires d’expertise génétique ont été contactés pour réaliser des devis concernant la recherche d’ADN animal sur le corps d’Elisa Pilarski et pour comparer les éventuelles traces retrouvées avec les prélèvements effectués sur les chiens. Au regard des coûts, des modalités d’exécution des missions demandées et des délais de retour proposés, un laboratoire a été retenu par le juge pour procéder aux analyses dont les conclusions sont attendues pour la fin du premier semestre 2020. »

Le magistrat du parquet rappelle « qu’à ce stade des investigations, il n’existe aucune certitude sur le déroulement précis des faits qui ont conduit au décès de Madame Pilarski. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous