Accueil Culture Scènes

La Monnaie: «Don Giovanni», entre admiration et agacement

Entre admiration et agacement, « Don Giovanni » boucle « La Trilogie Mozart – Da Ponte » à La Monnaie.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Lancée avec Les Noces de Figaro, continuée avec Cosi fan tutte, la Trilogie Mozart-Da Ponte menée tambour battant à la Monnaie cette semaine s’est bouclée avec Don Giovanni  : trois premières d’opéra en 5 jours, trois opéras qui s’entremêlent, avec 13 chanteurs communs et en décor unique ! Un défi exaltant, une bonne dose de folie et un accueil public un peu mitigé. Mais les huées du premier épisode se sont tues au dernier. Des huées indignes face à l’ampleur du projet et surtout à sa réalisation soignée et spectaculaire. Le concept des metteurs en scène Jean-Philippe Clarac et Olivier Deloeuil (Le lab) a confirmé ses points forts et ses faiblesses. Nous restons partagés entre l’admiration et l’irritation.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Moris gérard, mardi 25 février 2020, 21:35

    Ouf c'est enfin fini-place à la VRAIE musique-instrumentale celle-là!

Aussi en Scènes

«Dressing room»: un spectacle où le viol se dénude

Étonnant «  Dressing Room » que cette pièce de François Emmanuel où l’on enfile les fringues en même temps que l’on déshabille la vérité. Marie Bos y est bluffante en reine de cœur bernée par des hommes au sourire de Joker dans une partie de strip-poker où les carrés virent à la curée.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs