Accueil Morts de la rue

Refuser l’invisibilisation jusque dans la mort

Le collectif Morts de la rue bataille depuis 15 ans pour que les personnes ayant vécu dans la rue ne meurent pas dans l’oubli.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Il y a d’abord eu la découverte glaçante, en juin 2004, de deux corps en état de décomposition à la gare du Midi. Le 17 octobre de cette année-là, pour la Journée mondiale du refus de la misère, des bénévoles avaient fabriqué un cercueil où figurait comme ruban funéraire : « Enfin un domicile fixe. » Après avoir listé les sans-abri dont ils avaient appris le décès, ils avaient scandé leurs noms.

En mai 2005, le collectif bruxellois Morts de la rue se constituait. Sa mission depuis 15 ans, essentielle à une société digne ce nom : mettre tout en œuvre pour inhumer correctement chaque personne ayant connu la rue. Refuser leur invisibilisation jusque dans la mort.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Morts de la rue

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs