Coronavirus: à Tenerife, Frédéric a vécu la tempête de sable et est maintenant confiné à l’hôtel

Coronavirus: à Tenerife, Frédéric a vécu la tempête de sable et est maintenant confiné à l’hôtel
AFP

Ce mardi soir, l’épouse du touriste italien testé positif au coronavirus à Tenerife a également été contrôlée positive, à l’hôpital Nuestra Señora de Candelaria, ont indiqué des autorités des Canaries. La contamination de ce patient a entraîné le confinement dans l’hôtel H10 Costa Adeje Palace de l’île espagnole de centaines de touristes, dont au moins 118 voyageurs belges.

Des touristes parmi lesquels on compte Frédéric Wynant et son épouse qui sont confinés dans leur chambre du H10 Costa Ajede de Tenerife depuis ce mardi midi. Pourtant, ils auraient dû être de retour chez eux à Watermael-Boitsfort. Arrivé aux Canaries le 18 février dernier, ils ont connu une fin de séjour des plus mouvementées. Avec la conséquence qu’ils ont passé plus de temps en chambre que prévu.

« Dimanche, les îles Canaries ont été traversées par une violente tempête de sable », commente le pensionné bruxellois. « De toute la journée, nous n’avons pas pu sortir. De toute façon, ça n’aurait pas été possible. Lundi, tout était rentré dans l’ordre et nous avons passé une agréable dernière journée de vacances. Ce mardi matin, nous sommes allés prendre notre petit-déjeuner avant de partir pour l’aéroport. Nous avons effectué une petite promenade et en revenant à la chambre pour prendre nos bagages, un mot de la direction de l’hôtel nous disait de ne plus sortir pour des raisons sanitaires. Nous pouvions encore prendre l’air dans les jardins de l’hôtel mais la police bloquait l’entrée de l’établissement. D’ailleurs, le personnel de l’hôtel de la veille n’a pas pu rentrer pour travailler. »

Toute la journée, le peu de personnel présent a fait de son mieux pour informer les touristes, selon Frédéric Wynant. Quant au personnel de TUI, le tour opérateur, il ne commence à avoir des informations que ce mardi soir et les distille du mieux qu’il peut, selon le vacancier confiné.

Pour l’heure, Frédéric et son épouse prennent les choses avec philosophie. « Nous sommes pensionnés et n’avons pas d’obligation professionnelle, donc ça va », sourit le Bruxellois. « Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Il fait beau et on ne s’en fait pas. C’est agréable de prendre un pique-nique sur le balcon au soleil... Mais on ne sait pas combien de temps la situation va durer. Quand on voit combien de temps, les croisiéristes sont restés bloqués sur leur bateau, ça ne fait pas envie. Ce soir, du personnel médical est passé dans les chambres. On nous a pris la température en nous demandant de la reprendre demain matin pour évaluer notre état. On attend... »

Situation à l’hôtel

A l’hôtel, les personnes qui ne présentent pas de symptômes peuvent se déplacer dans l’enceinte de l’hôtel «en respectant des mesures appropriées» mais ne peuvent pas le quitter, a ajouté Domingo Núñez, chef du service épidémiologie de la direction générale de Santé publique, lors d’un point presse ce mardi soir. «Pour autant que nous le sachions, la personne testée positive n’a effectué que peu de déplacements à l’intérieur» de l’établissement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous