Accueil Société

Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

Tous les automobilistes devraient payer pour rouler dans la ville, les heures de pointe seraient les plus chères. Une compensation est à l’étude pour les Bruxellois(es).

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Le gouvernement Vervoort s’est donné pour ambition de réduire le nombre d’autos dans la ville. Double objectif chiffré, dans l’accord de majorité, à l’horizon 2030 : un quart (maximum) de trajets effectués en voiture, dans Bruxelles, et une réduction de moitié du nombre de navettes en solo dans l’habitacle. Pour décourager la pratique automobile, l’exécutif régional souhaitait « mettre en œuvre un système de tarification kilométrique intelligente, en accord avec les deux autres Régions, dans la zone métropolitaine ou tout le territoire ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

34 Commentaires

  • Posté par Bricourt Noela, vendredi 28 février 2020, 10:03

    Ben voyons, ils ont découvert le coupable. C'est le sans grade, celui qui doit se rendre tous les jours dans la capitale pour aller travailler parfois avec sa vieille guimbarde, le stupide qui souvent n'a pas les moyens de remplacer sa voiture par une voiture électrique, celui qui tremble d'être en retard au boulot., celui qui se lève très tôt pour rejoindre la capitale. On dirait presque que ce coupable le fait exprès de se ruer dans les embouteillages. Mais les transports en commun alors? Ah oui, pas de budget comme d'hab. air connu. Monsieur Macron a tenté aussi les taxes et il n'a pas compris le mécontentement de sa population parce qu"il ignorait tout de leur vie. Je me demande si nos décideurs sont à la hauteur des enjeux.

  • Posté par Weissenberg André, jeudi 27 février 2020, 18:40

    Soyons clairs: pas d'opposition de principe à un péage urbain ayant vocation à décongestionner les axes de communication. MAIS! Pas de péage urbain sans substituabilité parfaite entre la voiture et le transport en commun. Et pas seulement pour les trajets simples! Avant tout autre chose, la substituabilité parfaite doit devenir la norme pour les trajets complexes. Pas question de péage urbain tant que la voiture reste plus rapide que le transport en commun ou la seule solution pour effectuer un trajet complexe à l'intérieur du périmètre du futur RER. Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Le péage urbain doit être un incitant à recourir au transport en commun (quand il existe), pas une pénalisation du citoyen prisonnier de l'absence d'alternative praticable et effective.

  • Posté par Walravens Luc, jeudi 27 février 2020, 16:07

    On présente cela comme si c'était fait. A voir les réactions des députés PS bruxellois, on est loin d'un accord sur le sujet.

  • Posté par Walravens Luc, jeudi 27 février 2020, 16:07

    On présente cela comme si c'était fait. A voir les réactions des députés PS bruxellois, on est loin d'un accord sur le sujet.

  • Posté par Bernard Jean-pierre, jeudi 27 février 2020, 15:33

    rime, maintenant l' OMS (organisation mondiale de la santé) DECONSEILLE les transports en commun, nids à virus !!!!

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs