Accueil Économie Finances

172 milliards d’euros se sont envolés de la Belgique vers des paradis fiscaux en 2019

Les Émirats Arabes Unis, suivis par l’Ouzbékistan, les Îles Caïmans, les Bermudes et le Turkménistan sont les principales destinations.

Temps de lecture: 2 min

Au cours de l’année de déclaration 2019, les entreprises belges ont transféré pas moins de 172,3 milliards d’euros de paiements vers les plus célèbres paradis fiscaux, rapportent L’Echo et De Tijd jeudi sur base des chiffres communiqués par l’administration fiscale.

En Belgique, les entreprises sont obligées de déclarer au fisc tous les paiements à partir de 100.000 euros effectués vers une trentaine de paradis fiscaux. La plupart des paiements effectués au cours de l’année de déclaration 2019 (revenus 2018) au départ de la Belgique avaient pour destination des paradis fiscaux comme les Émirats arabes unis, suivis par l’Ouzbékistan, les Îles Caïmans, les Bermudes et le Turkménistan.

Des montants « particulièrement élevés »

En tout, l’an dernier 790 sociétés et autres personnes morales ont dû faire cette déclaration, un chiffre en recul par rapport aux années précédentes. Dans la précédente année de déclaration (2018), il était encore question de 206,8 milliards d’euros de paiements en direction des paradis fiscaux.

Mais avec 172 milliards d’euros, notre pays se situe encore clairement au-dessus des 129,9 et 82,8 milliards d’euros de 2017 et 2016. « Ces montants sont particulièrement élevés et sont la meilleure preuve que les entreprises et groupes continuent à utiliser des entités dans des paradis fiscaux. On aurait pu penser que ce phénomène était en train de disparaître dans le monde fiscal, mais ce n’est donc pas le cas », explique Axel Haelterman, professeur de droit fiscal à la KU Leuven.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

32 Commentaires

  • Posté par Byloos Dominique, jeudi 27 février 2020, 12:03

    Voilà exactement contre quoi un gouvernement doit lutter. La fraude fiscale prive chaque année l'état de 25 milliards. De quoi renflouer les caisses et donner un peu de bien-être aux personnes vivant sous le seuil de pauvreté.

  • Posté par Schwers Thierry, jeudi 27 février 2020, 11:15

    Titre manipulateur ! Article très incomplet ! Vive l'incompétence (habituelle) des journalistes qui font du copier/coller d'un journal à l'autre via l'agence Belga ! Un flux ne signifie rien, surtout quand il est pris uniquement un sens. La très grosse partie du montant déclaré provient des banques (dixit le SPF Finances et non repris dans cet article). Ces flux concernent des dépenses de services, des investissements, des remboursements d'emprunts, des indemnités d'assurance suite à des sinistres, l'achat de marchandises (payés dans ces pays vu que certains pays n'ont pas de banques convenables), ... Ces transferts sont légaux et justifiés car sinon les dépenses sont rejetées fiscalement et ces dépenses sont d'office rejetée si elles ne sont pas déclarées !

  • Posté par De Potter Claude, jeudi 27 février 2020, 16:27

    Même si le titre est "manipulateur" et l'article incomplet, pas assez explicite, il est clair que la fraude fiscale est très importante en Belgique. Elle est évidemment le fait d'entreprises, banques ou autres, mais aussi de particuliers fortunés qui peuvent s'offrir les services d'avocats fiscalistes, comme eux, ...peu "patriotes". Si seulement une partie des "172 milliards d'euros envolés vers des paradis fiscaux en 2019" étaient récupérés certaines taxes, en tous cas celles qui touchent les plus défavorisés, pourraient sans doute être réduites voire supprimées. Adage bien connu : "si tout le monde payait ses impôts, tout le monde en payerait sans doute un peu moins" !!!

  • Posté par De Potter Claude, jeudi 27 février 2020, 16:16

    Même si le titre est "manipulateur" et l'article incomplet, pas assez explicite, il est clair que la fraude fiscale est très importante en Belgique. Elle est évidemment le fait d'entreprises, banques ou autres, mais aussi de particuliers fortunés qui peuvent s'offrir les services d'avocats fiscalistes, comme eux, ...peu "patriotes". Si seulement une partie des "172 milliards d'euros envolés vers des paradis fiscaux en 2019" étaient récupérés certaines taxes, en tous cas celles qui touchent les plus défavorisés, pourraient sans doute être réduites voire supprimée Adage bien connu : "si tout le monde payait ses impôts, tout le monde en payerait sans doute un peu moins" !!!

  • Posté par Steens Frédéric, jeudi 27 février 2020, 8:39

    Mais que fait donc la Police? Rien, si ce n'est de s'attaquer aux PME pour compenser ce qui peut l'être... Tellement plus facile.

Plus de commentaires

Aussi en Finances

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références références Tous les jobs