Accueil Société

Réactions à la taxe de congestion: divisions à tous les étages

La taxe de congestion suscite des réactions contraires et pas toujours positives au-delà de l’enceinte du parlement bruxellois.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

L’idée d’un tarif de congestion n’a pas provoqué que des remous à l’intérieur du gouvernement bruxellois. A peine connue, elle a fait réagir et souvent pas de manière très positive. Sans surprise, le MR, dans l’opposition à Bruxelles, a balayé l’idée. Pour Georges-Louis Bouchez, le président du parti, « c’est une façon de nous revendre la taxation kilométrique ». Pour lui, le tarif de congestion, « c’est de l’écologie punitive, qui fait en sorte que les classes moyennes et populaires paient ». Le même clou est enfoncé du côté wallon par le vice-président du gouvernement Willy Borsus, MR lui aussi, qui doute de la légalité de la mesure si elle était prise. « Pour moi, c’est non, trois fois non ! Je refuse que nos travailleurs ou nos entreprises soient les victimes de ce type de décision. Je rappelle que les flux économiques entre la Wallonie et Bruxelles sont nombreux », dit-il dans un communiqué.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Colmant Mathieu, jeudi 27 février 2020, 22:35

    Avant toute autre chose, il faut proposer des alternatives. Vous commencez à 6h à Bruxelles ? Pas le choix, vous devez prendre la voiture. vous finissez après 21h ? Pareil. Donc toute personne qui travaille en shift doit avoir un véhicule. Toute personne qui travaille tôt (le secteur alimentaire, les soins de santé pour ne citer qu'eux) doivent avoir un véhicule. La fréquence des bus de nuits, en semaine, dans les grandes capitales européennes (hors centre) est plus importante que celle des heures de pointes à Bruxelles (hors centre). Le défi de la mobilité ? C'est un défi fédéral. Ce n'est pas la flandre, ou la wallonie, ou Bruxelles, c'est toute la région qui est drainée par cette mobilité. Un réseau correct, c'est un métro de Halle à Leuven, de Vilvorde à Waterloo, de Asse à Overijse, plus une circulaire sur la grande ceinture. Bruxelles a deux mini lignes de métro (même si elles ont 4 numéros...). Bruxelles a un réseau en étoile, impraticable quand vous êtes à l'extérieur. Essayez donc d'aller de la rue de Stalle au basilix à berchem... Ou du basilix au Heysel C'est bizarre qu'aucun politicien ne discute de ce genre de truc, tiens...

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs