Michaël Trabbia (Orange) au «Soir» : «La vente de Voo a le goût, l’odeur et la couleur d’une fraude»

Michaël Trabbia (Orange) au «Soir» : «La vente de Voo a le goût, l’odeur et la couleur d’une fraude»

Il y a quelques jours, Orange Belgium a introduit une action en référé devant le tribunal de l’entreprise de Liège pour demander la suspension de la vente de Voo à Providence et la désignation d’un expert judiciaire chargé d’éclaircir les modalités de cette transaction.

L’opérateur télécoms n’a jamais caché sa volonté de racheter Voo, qui était détenu par le groupe public liégeois Enodia/Nethys. Mais l’ex-CEO de Nethys Stéphane Moreau a toujours refusé les avances : Voo n’était pas à vendre. Jusqu’au printemps 2019, où Nethys s’est mis à chercher un partenaire pour prendre la majorité des parts de sa filiale télécoms. Et c’est le fonds américain Providence qui a fini par rafler la mise.

Pour la première fois, le CEO d’Orange Belgium, Michaël Trabbia, raconte au Soir comment sa société a été mise hors course, au terme d’une procédure qu’il juge « totalement anormale ». Il pointe de nombreuses irrégularités. Et réfute l’argument officiel qui a fait pencher la balance en faveur du fonds d’investissement américain : la sauvegarde de l’emploi. Pour Michaël Trabbia, l’élément moteur du deal est l’intéressement de Stéphane Moreau dans la vente. Il juge que « cette affaire a le goût, la couleur et l’odeur d’une vaste fraude ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous