Recontamination, cas d’origine inconnue, …: le coronavirus fait trembler une soixantaine de pays

Recontamination, cas d’origine inconnue, …: le coronavirus fait trembler une soixantaine de pays

Cas d’origine inconnue aux États-Unis, production manufacturière à son plus bas historique en Chine, match Juve-Inter reporté…

Voici les derniers développements dans le monde liés au nouveau coronavirus :

Une soixantaine de pays touchés

Le nouveau coronavirus a contaminé plus de 85.000 personnes et fait plus de 2.900 morts dans le monde.

La Chine continentale, où l’épidémie s’est déclarée fin décembre, compte plus de 79.000 cas, dont 2.835 décès. Ailleurs dans le monde, près de 60 pays et territoires sont touchés.

La Corée du Sud, deuxième pays le plus touché, a recensé samedi 813 cas supplémentaires, la plus forte hausse quotidienne à ce jour, pour un total de 3.150 contaminations, dont 16 morts. Autre signe inquiétant, le pays a enregistré son premier cas de recontamination.

En Iran, les autorités ont fait état samedi de neuf nouveaux décès, portant le bilan officiel à 43 morts et 593 personnes infectées. Mais selon la radio BBC Persian, qui cite des sources hospitalières, au moins 210 personnes sont mortes dans le pays, bilan démenti par le gouvernement.

En Italie, le coronavirus a contaminé près de 900 personnes, dont 21 mortellement.

Aux États-Unis, quatre cas distincts de contamination d’origine inconnue sont confirmés.

Le gouvernement de Monaco a annoncé son premier cas d’infection.

Menaces sur l’économie mondiale

En Chine, l’activité manufacturière s’écroule à son plus bas historique, suite aux mesures drastiques prises par les autorités pour contenir la propagation du virus. Le Bureau national des statistiques (BNS) a indiqué que l’impact était encore « plus grave » dans les services (transports, hôtellerie, restauration, tourisme).

La Réserve fédérale américaine (Fed) s’est dite prête à intervenir si nécessaire, jugeant toutefois que « les fondamentaux de l’économie américaine » restaient « solides ».

Le gouvernement italien a adopté une série de mesures financières pour soulager le secteur du tourisme, durement affecté.

Semaine noire pour les Bourses

Craignant les conséquences dévastatrices de l’épidémie, les Bourses mondiales enregistrent leur pire semaine depuis la crise financière de 2008.

Wall Street a clôturé vendredi sur ses plus lourdes pertes hebdomadaires depuis le pic de la crise financière. Le Dow Jones a baissé de plus de 12 % sur les cinq derniers jours. Les grandes places asiatiques et européennes ont terminé entre -3 % et -5 %.

Les cours du pétrole dégringolent eux aussi, touchant des plus bas niveaux depuis plus d’un an.

Restrictions et fermetures

Les États-Unis ont recommandé à leurs ressortissants d’éviter les voyages non indispensables en Italie, alors qu’à Rome, plus de 50 % des réservations enregistrées jusqu’à la fin mars ont été annulées.

L’Arabie saoudite, qui a suspendu l’octroi de visas touristiques aux ressortissants des pays les plus touchés, interdit aux ressortissants des pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) d’entrer dans ses villes saintes de La Mecque et Médine.

Le Liban a annoncé la fermeture de ses écoles et universités, ainsi que l’interdiction d’entrée sur son territoire de voyageurs venant de Chine, Italie, Iran et Corée du Sud.

Annulations en cascades

Washington a reporté sine die un sommet avec l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean) qui devait se tenir en mars à Las Vegas.

En Italie, cinq matches du championnat de football prévus ce week-end, dont le choc entre la Juventus et l’Inter Milan dimanche, ont été reportés au 13 mai.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous