Berlinale: «There is No Evil» de l’Iranien Mohammad Rasoulof remporte l’Ours d’Or

Baran Rasoulof a accepté le prix au nom du réalisateur, qui a interdiction de quitter le territoire.
Baran Rasoulof a accepté le prix au nom du réalisateur, qui a interdiction de quitter le territoire. - EPA

Le film «There is No Evil» de l’Iranien Mohammad Rasoulof, interdit de quitter le territoire, a remporté samedi soir l’Ours d’or à Berlin, au terme d’une 70e édition politique et engagée qui a également récompensé un film sur l’avortement.

L’équipe du film a reçu une ovation debout lors de la cérémonie de clôture de la Berlinale, marquée par l’absence du réalisateur déjà primé à Cannes. «J’aurais aimé que Mohammad soit ici en personne, mais malheureusement il est interdit de quitter le territoire. Je tiens à remercier l’incroyable équipe qui a mis sa vie en danger pour être dans ce film», a déclaré le producteur Farzad Pak, en recevant ce prix, au nom de l’absent.

«Je suis submergée par l’émotion et heureuse, ce prix est pour un cinéaste qui ne peut pas être là. Je peux dire au nom de toute l’équipe qu’il est pour lui», a également confié l’actrice Baran Rasoulof.

Le film traite de la peine de mort - un thème tabou en Iran - vue par les bourreaux et par les familles des victimes, en quatre séquences distinctes. Rasoulof étant également interdit de tourner, il a fallu user de subterfuges pour réaliser le film.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous