Ligue 1: le PSG dispose de Dijon avec un doublé de Kylian Mbappé (4-0)

AFP
AFP

Face au risque de propagation du nouveau coronavirus, la Ligue (LFP) a supprimé du protocole d’avant-match les poignées de mains entre joueurs des deux équipes. Mais voilà que toute l’équipe parisienne s’est livrée à une grande étreinte collective, deux minutes après le coup d’envoi !

Le but rapide de Pablo Sarabia (3e) a scellé d’entrée la victoire de Paris contre un mal-classé qui consolide sa place de leader après la 27e journée. Mais, dans ce contexte pre-Dortmund, plus que le bloc regroupé des Dijonnais, c’est lui-même que le PSG craint le plus.

Sur ce plan-là, à onze jours de recevoir le Borussia dans un huitième de finale retour de Ligue des champions crucial, l’entraîneur Thomas Tuchel a peut-être perdu gros : sa star Angel di Maria a ressenti des douleurs derrière la cuisse droite, qui l’ont contraint à demander son remplacement (17e).

Ses grimaces ont rappelé celles du défenseur Thiago Silva, touché à la cuisse de la même jambe, et sorti… à la même minute contre Bordeaux (4-3), dimanche dernier. Le Brésilien, indisponible au moins trois semaines, a déclaré forfait pour la C1.

Le coup serait terrible pour Paris si « Dima », le plus régulier de ses attaquants, venait à manquer le match le plus important de la saison, d’autant que Marco Verratti, un autre incontournable, est lui suspendu.

Il suffit de voir l’heure qui a suivi la sortie de Di Maria pour se rendre compte de son énorme influence. Sans l’Argentin ni Neymar, suspendu, le PSG a longtemps manqué d’inspiration et d’efficacité, jusqu’au but de Kylian Mbappé (74e).

Icardi buteur

« Kyky » a été le plus en jambes des Parisiens. Il a également scellé le score (90+1), de son 18e but en L1.

Mais s’il a peut-être perdu un attaquant avec Di Maria, le PSG en a aussi regagné un : Mauro Icardi, qui a marqué (76e) cinq minutes après son entrée, sur une passe de Mbappé. L’Argentin a traîné son spleen en février, qui a vu « Edi » le doubler dans la hiérarchie.

Remplaçant à Dortmund, délaissé dans l’histoire d’amour qui unit le Parc à son chouchou Cavani, l’ancien « bomber » de l’Inter a inscrit un but dans son style, sur sa première occasion – son réalisme tranche avec la maladresse de son concurrent (35e, 60e), titulaire mais pas à la fête pour sa 200e en L1.

La course entre les deux buteurs est relancée pour le Borussia.

Autre question en suspens pour ce 8e : le positionnement de Marquinhos, qui pourrait passer défenseur central pour combler l’absence de Silva. Mais Tuchel l’apprécie au milieu et l’a redémontré samedi.

« Marqui », capitaine, a joué aux côtés d’Idrissa Gueye, et c’est le jeune Tanguy Kouassi qui formait la charnière avec Presnel Kimpembe – avec succès, puisque le PSG a signé une « clean sheet » salutaire, après une semaine où il a encaissé neuf buts en trois matches.

À confirmer à Lyon mercredi, en demi-finale de la Coupe de France, où « Presko » est suspendu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous