Accueil Société

Coronavirus: l’aéroport de Charleroi ignore encore l’identité du passager luxembourgeois infecté

Le nom du passager infecté qui a atterri samedi n’a pas encore été transmis par le Luxembourg. Les mesures de sécurité ont été renforcées mais il n’est pas question de prendre systématiquement la température des voyageurs.

Temps de lecture: 2 min

Au Brussels South Charleroi Airport (BSCA), on attend que les autorités luxembourgeoises fournissent l’identité du passager diagnostiqué porteur du Covid-19, le coronavirus. Une personne infectée par le virus a été détectée au Luxembourg hier après avoir transité par l’aéroport wallon.

Dès ce dimanche matin, la phase 3 du plan épidémio-sanitaire interne a été activée après confirmation du passage du premier patient luxembourgeois contaminé, en provenance de l’Italie du Nord. Si de nouvelles mesures ont été mises en place, comme l’ouverture d’un centre de crise, il n’est pas possible de retracer l’itinéraire du voyageur concerné. « Tant que nous ne disposons pas de son nom et du vol dont il a débarqué, nous n’avons aucun moyen d’action », a indiqué le porte-parole de BSCA.

L’intéressé aurait atterri à Charleroi samedi dans la soirée. L’ensemble des vols en provenance du Nord de l’Italie ont été répertoriés. Les listes des passagers, accompagnées du seating à bord, sont également sorties et prêtes pour identification de la personne en question, son vol de provenance et identification des personnes ayant pu entrer en contact avec cette dernière. La liste du personnel ayant travaillé la nuit du 29 février au 1er mars est également prête pour contacts et actions ultérieures.

En attendant, des instructions ont été données au personnel afin de renforcer les mesures d’hygiène. « Concrètement, nous insistons sur l’importance de respecter les consignes de prévention : se laver les mains régulièrement, éviter de se toucher le visage, d’avoir des contacts trop proches avec d’autres personnes. Le virus se transmet par contact direct avec les gouttelettes respiratoires produites par une personne infectée (lorsqu’elle tousse ou éternue) et au contact de surfaces contaminées par le virus. Ce dernier peut survivre sur les surfaces pendant plusieurs heures, mais de simples désinfectants peuvent le tuer. Dans ce cadre, il est prévu de traiter les zones empruntées par le passager contaminé. Nous attendons les consignes du SPF Santé Publique pour adapter le cas échéant notre dispositif », ajoute le porte-parole.

Le cas échéant, il pourrait s’agir de prises de températures systématiques à l’arrivée. Dans l’aérogare côté départs, la situation est quasiment semblable à celle de la veille.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par d dsti, dimanche 1 mars 2020, 16:05

    Les luxembourgeois sont très pointilleux sur le respect de la vie privée. Par exemple, la police belge n'a pas accès au fichier des plaques luxembourgeoises alors qu'elle a accès au fichier français. On peut comprendre que l'individu n'ait pas envie de voir son nom affiché dans les journaux (impact futur son son job ?...) mais il faudrait trouver un moyen de pouvoir prévenir ses co-passagers.

  • Posté par Biagini Benoît, dimanche 1 mars 2020, 14:23

    Faudrait peut-être penser à réveiller quelqu'un au Luxembourg ?

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs