Coronavirus: des images de la NASA montrent la chute «spectaculaire» de la pollution en Chine

Coronavirus: des images de la NASA montrent la chute «spectaculaire» de la pollution en Chine
NASA

Les satellites de surveillance de la pollution de la NASA et de l’Agence spatiale européenne (ESA) ont détecté des baisses significatives de dioxyde d’azote (NO2) au-dessus de la Chine. Il est prouvé que ce changement est au moins partiellement lié au ralentissement économique qui a suivi l’apparition du coronavirus.

Les cartes montrent les concentrations de dioxyde d’azote, un gaz nocif émis par les véhicules à moteur, les centrales électriques et les installations industrielles, en Chine du 1er au 20 janvier 2020 (avant la quarantaine) et du 10 au 25 février (pendant la quarantaine).

NASA

Selon les scientifiques de la NASA, la réduction de la pollution par le NO2 a d’abord été apparente près de Wuhan, mais s’est finalement étendue à tout le pays. Des millions de personnes ont été mises en quarantaine dans le cadre de l’une des plus grandes actions de ce type de l’histoire de l’humanité.

« C’est la première fois que je vois une chute aussi spectaculaire sur une zone aussi étendue pour un événement spécifique », a déclaré Fei Liu, chercheur sur la qualité de l’air au Goddard Space Flight Center de la NASA. Fei Liu se souvient avoir vu une baisse du NO2 dans plusieurs pays pendant la récession économique qui a commencé en 2008, mais cette baisse a été progressive.

Mais également suite au Nouvel An

La baisse du dioxyde d’azote en 2020 a également coïncidé avec les célébrations du Nouvel An lunaire en Chine et dans une grande partie de l’Asie. En général, les entreprises et les usines ferment à partir de la dernière semaine de janvier jusqu’au début février pour célébrer la fête. Les observations passées ont montré que la pollution de l’air diminue généralement pendant cette période, puis augmente une fois la célébration terminée.

« Il y a toujours ce ralentissement général à cette période de l’année », a déclaré Barry Lefer, un scientifique spécialiste de la qualité de l’air à la NASA. « Nos données OMI à long terme nous permettent de voir si ces quantités sont anormales et pourquoi ». Lancé en 2004, l’OMI collecte depuis plus de 15 ans des données mondiales sur le NO2 et divers polluants atmosphériques.

En outre, Liu et ses collègues n’ont pas constaté de rebond du NO2 après les vacances. « Cette année, le taux de réduction est plus important que les années précédentes et il a duré plus longtemps », a-t-elle déclaré. « Je ne suis pas surprise car de nombreuses villes du pays ont pris des mesures pour minimiser la propagation du virus ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous