Coronavirus en Belgique: écoles, boulot, les recommandations à suivre

Coronavirus en Belgique: écoles, boulot, les recommandations à suivre
Pablos Garrigos (ST.)

La Belgique compte huit cas d’infection au nouveau coronavirus. Selon les spécialistes, de nouveaux cas devraient inévitablement se déclarer dans les prochains jours en Belgique.

Les écoles

En cas de risque

Si l’enfant ne présente aucun symptôme, aucune mesure d’isolement n’est à prendre jusqu’à présent. L’enfant peut donc être accueilli normalement à la crèche ou à l’école et ne doit pas être testé. Le nouveau cas de coronavirus annoncé ce dimanche ne change rien dans cette perspective, a indiqué Maggie De Block. Les écoles seront ouvertes lundi. Voici quelques conseils en vue de la rentrée.

Si l’un des parents, ou contact étroit de l’enfant, est un cas confirmé de Covid-19, l’enfant doit rester isolé à la maison et un contact doit être pris avec le médecin de famille. La durée du confinement sera déterminée par le médecin inspecteur du service de surveillance des maladies infectieuses de la Région.

Si l’enfant revient d’une zone touchée, l’ONE invite les milieux d’accueil, les écoles et les parents à être attentifs au développement d’éventuels symptômes liés au Covid-19 (fièvre, toux, difficulté respiratoire) pendant les 14 premiers jours de retour de l’enfant.

En cas de symptômes

Enfin, si l’enfant rentre d’une zone où sévit le coronavirus et qu’il présente des symptômes ou si l’enfant tombe malade dans les 14 jours suivant son retour, ses parents doivent le garder à la maison, contacter le médecin de famille par téléphone et mentionner les antécédents de voyage et les symptômes de l’enfant. Le médecin de famille pourra évaluer la situation et prendre les mesures appropriées.

Dans ce cas, l’école ou le milieu d’accueil concerné doit en informer son médecin de référence (ou le référent santé ONE) afin que des mesures puissent si nécessaire être prises au sein de l’établissement, en accord avec l’AVIQ (Agence wallonne pour une vie de qualité, en charge de la Prévention et de la Promotion en matière de Santé) ou la COCOM (Commission communautaire commune) à Bruxelles.

Les voyages scolaires

Concernant les voyages scolaires, le cabinet de la ministre de l’Enseignement, Caroline Désir (PS), s’est entretenu avec le SPF Affaires étrangères : dans les zones où de nombreux cas du coronavirus ont été recensés, elle appelle à la prudence mais ne préconise l’annulation d’aucun voyage.

Pour toute information supplémentaire et pour se tenir au courant de l’évolution de la situation, les parents sont invités à consulter le site https ://www.info-coronavirus.be/fr/. Pour les professionnels de la santé, le site de Sciensano est à leur disposition : https ://epidemio.wiv-isp.be/ID/Pages/2019-nCoV.aspx

Les entreprises

La fédération des entreprises de Belgique (FEB) a demandé dimanche aux employeurs d’adopter une « position de prudence renforcée » après les premiers cas de contamination au coronavirus dans le pays. L’organisation appelle ses membres à rester « alertes et vigilants » et de prendre directement contact avec le médecin du travail en cas de suspicion d’infection.

En cas de suspicion de contamination, l’employeur pourra examiner avec le médecin généraliste si d’autres mesures sont nécessaires et en informer les services de santé publique. En termes d’hygiène, il convient de suivre les conseils fournis par les instances officielles, note la FEB dans un communiqué.

En cas d’impact important sur les entreprises, tout a été mis en œuvre pour les aider à travers le système de chômage temporaire pour force majeure, par exemple. Ce système est également utilisable dans le cas de figure où des travailleurs seraient bloqués à l’étranger ou placés en quarantaine pendant un certain temps après leur retour d’une région infectée, souligne la FEB.

En cas d’hospitalisation d’un collaborateur à l’étranger, celui-ci ne relève pas du chômage temporaire pour force majeure. Il est alors en incapacité de travail et tombera sous la législation INAMI, précise encore la FEB.

La FEB explique suivre la situation de près. Les entreprises peuvent également retrouver toutes les sources fiables et utiles sur le site web de la fédération.

De son côté, la ministre flamande de l’économie Hilde Crevits (CD&V) invite les employeurs à se rassembler dans les prochains jours au sein d’un groupe de travail afin de faire face aux conséquences économiques liées à l’épidémie du coronavirus, a-t-elle indiqué dimanche après-midi au micro de VTM NEWS. Elle souhaite informer les entreprises des mesures d’accompagnement temporaires déjà possibles et éventuellement prendre des mesures supplémentaires si nécessaire.

Qui tester ?

Les personnes sont testées à la moindre indication d’une infection. « Nous pouvons dès lors immédiatement intervenir si nécessaire et contrer autant que possible la propagation du virus dans notre pays. Le laboratoire de référence peut réaliser les tests jour et nuit », a assuré Mme De Block.

« Nos procédures sont en train d’évoluer. On essaie d’éviter que le virus se propage chez nous », a-t-elle dit.

« Cela va continuer les prochaines semaines et les prochains mois », a toutefois prévenu le chef du laboratoire qui effectue les tests et virologue à la KU Leuven, le Dr Marc Van Ranst.

« On peut s’attendre à un ou plusieurs cas dans les prochains jours », avec les retours de vacances de carnaval, a pour sa part renchéri devant la presse le président du comité scientifique sur le coronavirus et virologue chez Sciensano, Steven Van Gucht.

Le port du masque ou pas ?

En ce qui concerne les questions plus spécifiques de la disponibilité des masques de protection de type FFP2 pour les professionnels de la santé, le gouvernement fédéral confirme que la Belgique s’est intégrée dans un marché public européen. La Belgique effectue, de plus, des commandes spécifiques.

Le port du masque est réservé en priorité aux professionnels de la santé et aux personnes infectées, rappelle le gouvernement.

Que fait le gouvernement ?

Un comité de concertation réunissant le fédéral et les entités fédérées aura lieu ce lundi matin pour se pencher sur les mesures à prendre face à la propagation du nouveau coronavirus Covid-19, a annoncé le cabinet de la Première ministre Sophie Wilmès à l’issue d’une réunion du conseil ministériel restreint (« kern ») à Bruxelles.

« La Première ministre tiendra une réunion du comité de concertation avec les différents ministres-présidents des entités fédérées du pays ainsi que les autres ministres concernés par la problématique ce lundi 2 mars, à 08h00 au Lambermont », la résidence de fonction du chef du gouvernement fédéral, précise un communiqué gouvernemental.

La ministre de la Santé confirme que l’évaluation de la situation est précise et constante.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous