Bruxelles : les rassemblements de masse tels que le salon Batibouw restent autorisés

Le salon de Batibouw
Le salon de Batibouw - Belga

Les autorités régionales bruxelloises ont déconseillé lundi aux communes et autres organisations de prendre des mesures préventives isolées, dans le contexte de l’apparition de cas du coronavirus dans le pays.

Devant le conseil régional de sécurité associant notamment les bourgmestres des 19 communes de la capitale, le ministre-président Rudi Vervoort (PS) et le ministre en charge de la Santé Alain Maron (Ecolo) ont fait le point de la situation et présenté les mesures convenues lors du comité de concertation entre les gouvernements des entités fédérales et fédérées.

Il a été convenu au sein de ce comité de travailler de manière concertée, tous niveaux de pouvoir confondus pour que le message soit le plus cohérent possible partout.

A l’issue de la réunion du conseil régional de sécurité, Rudi Vervoort et Alain Maron ont confirmé que différentes Conférences interministérielles avaient été convoquées: celle de la Santé, hier/dimanche; celle des affaires économiques, mardi. Jusqu’à nouvel ordre, le comité de concertation se réunira tous les mercredis matin pour faire le point. Le Service Public Fédéral de la Santé communiquera l’évolution de la situation en Belgique tous les matins.

Les rassemblements de masse tels que le salon Batibouw restent autorisés.

Le Conseil régional de Sécurité a par ailleurs déjà réfléchi à des mesures préventives complémentaires à mettre en oeuvre au cas où l’évolution de la situation imposerait d’en prendre et nécessiterait d’être en capacité de le faire, a précisé Rudi Vervoort. Selon celui-ci, on s’attend à voir apparaître un certain nombre de cas en cette semaine de retours de vacances en provenance de zones à risque.

Des mesures similaires à celle prises en Europe du Nord

A Bruxelles, c’est la Commission Communautaire Commune qui est chargée d’assurer un traçage des personnes en contact avec celles qui ont été contaminées. Les instructions ont été données aux hôpitaux pour l’organisation d’un double flux au niveau des services d’urgences pour assurer une prise en charge séparée des personnes présentant des symptômes de type respiratoire.

Selon le ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron, les mesures prises en matière de santé publique en Belgique sont similaires à celles prises en Europe du nord, notamment au Luxembourg et aux Pays-Bas.

A propos de l’arrêté de police pris dimanche par la commune de Woluwe-Saint-Lambert, «il a été rappelé la nécessité qu’aucune initiative individuelle isolée ne soit prise et que tout soit décidé au conseil de sécurité. Par rapport à l’arrêté, l’idée est de travailler à un corpus plus général hors arrêté de police avec des mesures plus générales recouvrant l’arrêté de police tel qu’il avait été pris», a précisé Rudi Vervoort.

D’après le ministre-président bruxellois, pour l’instant, l’arrêté de Woluwe-Saint-Lambert n’a pas été retiré.

«Nous ne sommes pas dans le déni. La situation épidémiologique en Belgique ne nécesité pas d’autres mesures. Quand on va trop loin, il est dur de revenir en arrière», a encore commenté le ministre-président.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous