Mehdi Bayat fait le point sur le coronavirus: «On ne fera pas courir le moindre risque aux Diables rouges pour aller au Qatar»

photo news
photo news

Le foot n’est pas au-dessus des lois, encore moins celles de la nature. Ces derniers jours, le sport roi est rattrapé, comme d’autres disciplines, par les réalités sanitaires qui ne concernent plus quelques épicentres épars du Coronavirus. Et quand la menace n’est pas à nos portes ou dans le hall d’entrée, elle précède les voyageurs sur le lieu de leurs déplacements. C’est le cas pour l’équipe nationale belge de football depuis samedi. Un cas de contamination par le Covid-19 vient en effet d’être détecté à Doha, au Qatar.

Or, en début de semaine dernière, L’Union belge avait finalisé l’accord de principe qui le liait depuis quelques semaines déjà avec l’Aspire Academy, interface officielle du Ministère des Sports local et de sa force de persuasion financière sans nul autre pareil dans le monde. Un deal à 2,7 millions d’euros pour convaincre Roberto Martinez de bouleverser son programme de début de printemps et lui faire accepter de disputer deux matchs amicaux (au lieu d’un) contre le Portugal (27/3) et la Suisse (30/3) dans la capitale qatarie.

« La santé des joueurs primera »

Un plan de préparation à l’Euro 2020 qui tient toujours au vu des risques imminents de pandémie ? Le Grand Prix Moto GP du Qatar, qui devait se courir dimanche dernier a été purement et simplement annulé par la Fédération internationale de motocyclisme. Comment ce signal a-t-il été perçu en Belgique et plus particulièrement au siège de la RBFA (ex-URBSFA) ? Nous avons posé la question à Mehdi Bayat, son président. « Je ne vais pas vous dire que nous ne sommes pas préoccupés par la situation », explique-t-il. « Pour l’heure, nous en sommes au stade de la prise d’informations en vue d’une décision. Ce mardi à Amsterdam, j’assisterai au tirage au sort de la Nations League 2020-21, en compagnie de Roberto Martinez et de notre CEO Peter Bossaert. Ce sera évidemment notre principal sujet de conversation. En fonction de l’évolution de la situation et surtout du facteur risques, nous prendrons une décision. »

Sur pression, notamment, des joueurs et/ou de leurs employeurs ? « A ma connaissance, nous n’avons pas encore été interpellés en ce sens. Mais j’imagine que la question va se poser dans les jours à venir. Il n’entre pas dans nos intentions de faire courir des risques insensés à nos internationaux. L’ampleur de la crise sanitaire actuelle démontre la gravité des faits. S’il faut prendre la décision d’annuler notre stage, on la prendra. »

Existe-t-il une clause suspensive dans le contrat qui lie l’Union belge avec son partenaire qatari ? « Le Coronavirus n’est évidemment pas repris dans nos conventions types, au contraire d’autres cas de force majeur, poursuit le président fédéral. Mais en toute logique, l’aggravation de la situation actuelle en constituerait un. En tout cas, la santé des joueurs et de la délégation primera évidemment sur toute autre considération. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous