Accueil Société

Natalité: les Belges peuvent faire mieux

Le Bureau du Plan constate une natalité à la traîne. Les Belges seront 12,7 millions en 2070, un nombre inférieur à ses prévisions initiales.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

En 2070, peut-être les voitures voleront-elles, ou elles n’existeront plus. La société, elle, aura assurément vieilli. La population se renouvellera moins bien qu’aujourd’hui. Le faible taux de fécondité est en cause.

Le Bureau fédéral du Plan publie ce mardi ses projections démographiques 2019-2070. Il met en évidence l’impact de scénarios alternatifs de la fécondité sur la croissance démographique.

En 2018, le taux de fécondité par femme était de 1,6 enfant. Dans leurs projections établies jusqu’en 2070, les démographes l’envisagent aujourd’hui à hauteur de 1,7 enfant par femme. Cette faible augmentation ne conforte toutefois pas leurs prévisions initiales.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par HEUSDAIN Alain, mardi 3 mars 2020, 15:28

    Qui fait des enfants aujourd'hui!? Essentiellement des personnes d'origine étrangère. Alors j'aime bien quand on parle "des Belges".

  • Posté par LIENARD NORBERT, mardi 3 mars 2020, 13:35

    N importe quoi ,la terre étouffe ,toujours faire plus d enfants fera toujours plus de vieux ,il faut un plan transitoire pour les générations où il y aura trop de pensionnés, mais ce qu ils proposent c est de faire des dettes pour payer d autres dettes etc quelle bêtise

  • Posté par Dentin Jean, mardi 3 mars 2020, 9:19

    Selon cet article, c'est au Mali (8 enfants par femme) qu'il fait le mieux vivre ! La Belgique est un état surpeuplé sur une planète surpeuplée. Quand nous débarrasserons nous du natalisme politiquement correct.

  • Posté par Mallue Olivier, mardi 3 mars 2020, 6:52

    Oui bien sûr avoir une population vieillissante génère quelques soucis mais on ne semble toujours pas comprendre croitre, prôner sans cesse la plus, toujours plus équivaut à accélérer alors que le mur se rapproche à grande vitesse! Article hallucinant! La même journaliste va t-elle nous écrire un article sur la *croissance* verte et la réduction de CO2 aujourd'hui? .... "Dans ce nouveau rapport, le Bureau du Plan parie toujours sur une *amélioration* de la fertilité à court terme comme effet de rattrapage de la crise... La baisse de la natalité va forcément entraîner une faible croissance de la population."

  • Posté par Marbaix Ph, mardi 3 mars 2020, 13:06

    Le communiqué du bureau du plan nous éclaire là-dessus : "La Belgique vieillit (2,5 personnes en âge de travailler pour une personne de 67 ans et plus dès 2040). Au-delà de la soutenabilité des finances publiques, une population vieillissante fait face à de nouveaux défis en termes de logement, mobilité, qualité de vie, soins de santé… Au niveau de la natalité, le débat public fait face à une certaine dualité. L’enjeu climatique pousse certains à plaider pour une faible natalité, le vieillissement en pousse d’autres à plaider pour une hausse de la natalité. Sur ces différents enjeux, il est important de permettre des débats sociétaux, alimentés par des analyses objectives." Voilà qui est dit. S'il faut des jeunes, ce n'est pas pour leur sourire ou pour l'avenir de notre civilisation. C'est pour nourrir les vieux, les loger, et les soigner. Pas tout faux, mais certainement à débattre, particulièrement tant qu'il y a du chômage (on veut plus de naissances en vertu d'un modèle économique 'classique' qui veut qu'il faut de la 'force de travail', mais on a déjà des personnes à employer !). Le Bureau du Plan parle de "dualité" climat - vieillissement. N'est-ce pas une question de mode d'organisation, de priorités ? Ce n'est pas le seul défit qui nous attend.

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs