Accueil

«La vie compliquée de Léa Olivier» a facilité celle de Dimitri Kennes

Article réservé aux abonnés
Rédacteur en chef Temps de lecture: 2 min

La chance lui a souri dès le premier titre publié en avril 2013. «  “La vie compliquée de Léa Olivier” de Catherine Girard-Audet existait au Québec, raconte Dimitri Kennes. On m’a proposé les droits pour la Belgique et la France. » Depuis, non seulement cet homme formé à l’école des éditions Dupuis et installé à Loverval a continué à s’occuper de la série « Léa Olivier » qui a conquis un large public d’adolescentes, mais il ne cesse de développer sa marque, Kennes Éditions. « Le métier est difficile dès lors que vous sollicitez des investisseurs. Aujourd’hui, vous trouvez plus facilement de l’argent si vous mettez au point une application mettant en lien des baby-sitters et ceux qui en cherchent que si vous voulez publier des livres. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs