La formation, un levier pour faire évoluer sa carrière professionnelle

La formation, un levier pour faire évoluer sa carrière professionnelle

Choisir un métier, suivre des études, trouver un boulot. Le chemin vers le monde du travail semble tout tracé. Pourtant, entre le casse-tête de l’orientation et la réalité de la profession choisie, les désillusions peuvent être grandes. De quoi pousser certains jeunes à reprendre une formation quelques années seulement après avoir quitté l’école. Selon les derniers chiffres de Stabel, 45% de la population âgée de 25 à 64 ans a suivi au moins une formation au cours de l’année 2018. Et ce sont les jeunes adultes les plus concernés.

Johanne, 28 ans, a décidé de sauter le pas en septembre dernier. Déçue de son expérience professionnelle dans le secteur de la communication, elle suit actuellement des cours pour devenir professeure de français langue étrangère.

« Mon premier boulot était la suite d'un parcours universitaire suivi plutôt par défaut que par choix réel. J'aimais lire, écrire et rencontrer des gens: je ne savais pas vraiment comment mettre ça en pratique. Je ne sais pas si je le trouverai davantage dans cette formation, mais j'avais clairement besoin d'essayer autre chose et de me prouver que j’étais capable de changement. Cette formation répond à un besoin d'avoir un peu les mains dans le cambouis à ma manière », témoigne-t-elle. Comme Johanne, de nombreux Belges réfléchissent à se réorienter professionnellement. Quête de sens, sécurité ou confort, les raisons sont multiples.

Pour Alice aussi, l’histoire commence par des études en demi-teinte. « J’ai fini mon master en traduction sans grande conviction. Je savais déjà que je n’aimais plus trop ça mais je n’avais pas d’autre idée de master. Ensuite on m’a directement proposé un bon job, donc je n’ai pas trop réfléchi et je me suis lancée, même si je savais déjà que je n’allais pas forcément aimer. Et comme prévu, ce n’était pas fait pour moi », résume la jeune femme.

Aujourd’hui, Alice suit une formation en illustration, en parallèle de son travail. « Cette formation m’apporte la créativité qui me manque dans la traduction. Je me sens beaucoup plus impliquée et davantage fière de moi. Je ne sais pas si je vais devenir illustratrice à proprement parler, mais peut être en faire une activité complémentaire ou m’occuper de tâches plus créatives dans mon boulot actuel. »

Ajouter une corde à son arc

Se former n’est pas réservé aux personnes désireuses de changer de métier. C’est aussi un bon moyen d’acquérir de nouvelles compétences, afin de les mettre en pratique dans son travail. C’est ce qui a poussé Claire à rouvrir ses cahiers. « Je travaille dans un centre Fedasil, où je suis amenée à donner quelques cours de français. Je manque de méthode à ce niveau, donc j’ai décidé de suivre une formation pour me sentir plus à l’aise. C’est une façon de rajouter une corde à mon arc », commente-t-elle.

Apprendre tout au long de sa carrière, c’est ce qui s’appelle la formation continue. Selon Stabel, 84% des entreprises offrent, sous différentes formes, cette possibilité à leurs collaborateurs. Une façon notamment de faire évoluer les compétences en fonction des besoins réels. La Belgique serait pourtant à la traine concernant ce type d’apprentissage, au regard des chiffres d’Eurostat: seulement 9,7 % de la population active belge suit une formation continue.

Que les cours soient payés ou non par l’employeur, suivre une formation demande souvent quelques concessions. Et du temps surtout. Mais les trois jeunes femmes s’accordent: le jeu en vaut la chandelle. « On a le droit, presque le devoir aujourd'hui, de se former tout au long de sa vie », conclut Johanne.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La police contrôle les automobilistes sur l’avenue Franklin-Roosevelt à Bruxelles, samedi 28 mars.

    La police bruxelloise a déjà dressé plus de 5.600 P-V administratifs liés aux règles du confinement

  2. Lorsque le patient peine à se souvenir de ses allées et venues, le traceur de contacts lui fait relater par le menu sa routine durant une semaine normale.

    Coronavirus: les traceurs de contacts qui enrayent la progression de la pandémie

  3. Alexandre Ghuysen, urgentiste.

    «J’ai vu une infirmière qui avait le nez à moitié scié par son masque»

La chronique
  • Couvrez ces corps que je ne saurais voir

    Pékin a-t-il sciemment minimisé les effets du Covid-19 sur son territoire ? La rumeur enfle dans les pays occidentaux, singulièrement depuis la diffusion de photos montrant de longues files d’habitants de Wuhan attendant de pouvoir récupérer l’urne funéraire d’un proche décédé. Officiellement, on ne dénombra que 2.500 victimes dans cette ville aussi peuplée que toute la Belgique, qui fut l’épicentre de l’épidémie…

    Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé avait salué l’attitude ouverte et volontariste de la Chine, qui tranchait avec la manière dont, en 2003, le pouvoir avait répondu à la crise du Sras, une pneumonie aiguë causée par un autre coronavirus. Le 1er janvier 2020, dans un réflexe atavique, les autorités avaient pourtant commencé par incarcérer le premier lanceur d’alerte de la pandémie, le médecin Li Wenliang – qui a finalement succombé à la maladie…

    Le régime communiste traîne une longue tradition de manque de transparence dans la gestion des catastrophes sanitaires qui se sont déclenchées sur son territoire – et...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite