«Fairphone»: le smartphone qui séduit les jeunes soucieux de l’environnement

«Fairphone»: le smartphone qui séduit les jeunes soucieux de l’environnement

Il occupe une place à part dans le monde très concurrentiel des smartphones : le Fairphone. Créé en 2013, par la société néerlandaise du même nom, ce smartphone se distingue par l’ambition qu’il affiche : être écologiquement mais aussi socialement plus responsable. Comment ? En essayant de se mêler de ce qui se passe dans les mines et usines d’où proviennent les pièces qui composent la troisième génération de leur smartphone.

« Pour le fabriquer, nous nous approvisionnons en matériaux de manière équitable, traçable et responsable. Nos huit matériaux principaux sont : le cobalt, le cuivre, l'or, le lithium, le néodyme, le plastique, l'étain et le tungstène. Nous essayons de nous procurer 40 % du poids de ces matériaux auprès de sources durables tout en soutenant de meilleures conditions pour les travailleurs des mines et leurs communautés mais aussi en collectant les déchets électroniques. 50 % du plastique utilisé dans les modules provient de sources recyclées et, dans l'ensemble, 11 % du plastique de l'ensemble du téléphone provient des mêmes sources. 50 % du tungstène utilisé est également issu du recyclage tout comme 70 % du cuivre du PCB (NDRL : le circuit imprimé du téléphone) », développe Bas van Abel, fondateur de Fairphone.

Des composants remplaçables individuellement

La singularité de ce smartphone plus « vert » réside également dans sa conception modulaire. « Notre téléphone est entièrement démontable. Cela signifie que tout le monde peut effectuer lui-même n’importe quelle réparation de base et changer l’un ou l’autre composant du téléphone qui serait tombé en panne. Ce qui prolonge considérablement la durée de vie de l’appareil », affirme Bas van Abel. De quoi contrer l’obsolescence programmée des smartphones aux pièces, aujourd’hui, presque entièrement soudées entre elles. Batterie, appareil photo ou autre prise mini-jack de l’appareil peuvent être remplacés en un rien de temps, moyennant quelques coups de tournevis.

200.000 smartphones vendus

Le Fairphone ne représente encore qu’une très petite part du marché des téléphones, avec 200.000 appareils vendus actuellement. Il commencerait néanmoins à séduire de plus en plus, en particulier les jeunes soucieux de l’environnement à l’image de Jean, 25 ans. « Le Fairphone est une belle avancée dans ce qui reste une industrie hyper polluante. Ils proposent un produit où 40 % de l'origine des composants est traçable et éthique, ce qui est énorme pour l'industrie. Et puis surtout, il a un potentiel de durée de vie d'au moins 5 ans grâce à sa modularité. Contrairement à la plupart des constructeurs actuels qui font en sorte que quand tu dois remplacer une pièce tu dois limite racheter un téléphone, ici toutes les pièces sont remplaçables individuellement. Ta batterie commence à être moins performante ? Tu remplaces juste ta batterie. Tu veux une caméra frontale qui a plus de qualité ? Dès que Fairphone sort une version améliorée de cette caméra, tu peux la remplacer ». Côté prix, comptez 450 euros pour ce smartphone de milieu de gamme. « Ce n’est peut-être pas donné mais ce prix est largement amorti après 5 ans quand on le compare au montant investi par les gens en général dans un téléphone sur la même période », estime Jean.

Sur le même sujet
Économie et finances
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La police contrôle les automobilistes sur l’avenue Franklin-Roosevelt à Bruxelles, samedi 28 mars.

    La police bruxelloise a déjà dressé plus de 5.600 P-V administratifs liés aux règles du confinement

  2. Lorsque le patient peine à se souvenir de ses allées et venues, le traceur de contacts lui fait relater par le menu sa routine durant une semaine normale.

    Coronavirus: les traceurs de contacts qui enrayent la progression de la pandémie

  3. Alexandre Ghuysen, urgentiste.

    «J’ai vu une infirmière qui avait le nez à moitié scié par son masque»

La chronique
  • Couvrez ces corps que je ne saurais voir

    Pékin a-t-il sciemment minimisé les effets du Covid-19 sur son territoire ? La rumeur enfle dans les pays occidentaux, singulièrement depuis la diffusion de photos montrant de longues files d’habitants de Wuhan attendant de pouvoir récupérer l’urne funéraire d’un proche décédé. Officiellement, on ne dénombra que 2.500 victimes dans cette ville aussi peuplée que toute la Belgique, qui fut l’épicentre de l’épidémie…

    Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé avait salué l’attitude ouverte et volontariste de la Chine, qui tranchait avec la manière dont, en 2003, le pouvoir avait répondu à la crise du Sras, une pneumonie aiguë causée par un autre coronavirus. Le 1er janvier 2020, dans un réflexe atavique, les autorités avaient pourtant commencé par incarcérer le premier lanceur d’alerte de la pandémie, le médecin Li Wenliang – qui a finalement succombé à la maladie…

    Le régime communiste traîne une longue tradition de manque de transparence dans la gestion des catastrophes sanitaires qui se sont déclenchées sur son territoire – et...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite