«Fairphone»: le smartphone qui séduit les jeunes soucieux de l’environnement

«Fairphone»: le smartphone qui séduit les jeunes soucieux de l’environnement

Il occupe une place à part dans le monde très concurrentiel des smartphones : le Fairphone. Créé en 2013, par la société néerlandaise du même nom, ce smartphone se distingue par l’ambition qu’il affiche : être écologiquement mais aussi socialement plus responsable. Comment ? En essayant de se mêler de ce qui se passe dans les mines et usines d’où proviennent les pièces qui composent la troisième génération de leur smartphone.

« Pour le fabriquer, nous nous approvisionnons en matériaux de manière équitable, traçable et responsable. Nos huit matériaux principaux sont : le cobalt, le cuivre, l'or, le lithium, le néodyme, le plastique, l'étain et le tungstène. Nous essayons de nous procurer 40 % du poids de ces matériaux auprès de sources durables tout en soutenant de meilleures conditions pour les travailleurs des mines et leurs communautés mais aussi en collectant les déchets électroniques. 50 % du plastique utilisé dans les modules provient de sources recyclées et, dans l'ensemble, 11 % du plastique de l'ensemble du téléphone provient des mêmes sources. 50 % du tungstène utilisé est également issu du recyclage tout comme 70 % du cuivre du PCB (NDRL : le circuit imprimé du téléphone) », développe Bas van Abel, fondateur de Fairphone.

Des composants remplaçables individuellement

La singularité de ce smartphone plus « vert » réside également dans sa conception modulaire. « Notre téléphone est entièrement démontable. Cela signifie que tout le monde peut effectuer lui-même n’importe quelle réparation de base et changer l’un ou l’autre composant du téléphone qui serait tombé en panne. Ce qui prolonge considérablement la durée de vie de l’appareil », affirme Bas van Abel. De quoi contrer l’obsolescence programmée des smartphones aux pièces, aujourd’hui, presque entièrement soudées entre elles. Batterie, appareil photo ou autre prise mini-jack de l’appareil peuvent être remplacés en un rien de temps, moyennant quelques coups de tournevis.

200.000 smartphones vendus

Le Fairphone ne représente encore qu’une très petite part du marché des téléphones, avec 200.000 appareils vendus actuellement. Il commencerait néanmoins à séduire de plus en plus, en particulier les jeunes soucieux de l’environnement à l’image de Jean, 25 ans. « Le Fairphone est une belle avancée dans ce qui reste une industrie hyper polluante. Ils proposent un produit où 40 % de l'origine des composants est traçable et éthique, ce qui est énorme pour l'industrie. Et puis surtout, il a un potentiel de durée de vie d'au moins 5 ans grâce à sa modularité. Contrairement à la plupart des constructeurs actuels qui font en sorte que quand tu dois remplacer une pièce tu dois limite racheter un téléphone, ici toutes les pièces sont remplaçables individuellement. Ta batterie commence à être moins performante ? Tu remplaces juste ta batterie. Tu veux une caméra frontale qui a plus de qualité ? Dès que Fairphone sort une version améliorée de cette caméra, tu peux la remplacer ». Côté prix, comptez 450 euros pour ce smartphone de milieu de gamme. « Ce n’est peut-être pas donné mais ce prix est largement amorti après 5 ans quand on le compare au montant investi par les gens en général dans un téléphone sur la même période », estime Jean.

Sur le même sujet
Économie et finances
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 01

    Evolution de la propagation du coronavirus en Belgique: une situation en mode «copier-coller» (infographies)

  2. Le secteur hospitalier risque de perdre cinq à sept milliards dans cette crise.

    Le Covid-19 va coûter de 5 à 7 milliards aux hôpitaux

  3. d-20200515-GG6ZQ3 2020-05-19 22:16:59

    Horeca, tourisme, écoles: pression maximale sur le calendrier de déconfinement

La chronique
  • Quand les journalistes l’emportent sur les intellos

    Victoire des journalistes sur les intellectuels par 4 à 0 ! Il m’est arrivé de critiquer durement notre système médiatique. Or, pour la première fois, à l’occasion de la crise pandémique paroxystique que nous vivons, la réaction médiatique collective, du moins dans la presse écrite, a écrasé les différentes manifestations de l’expression purement intellectuelle.

    En d’autres termes, alors que les journalistes, reporters, investigateurs, commentateurs, analystes, dans des conditions parfois infernales, se sont généralement surpassés, la plupart des philosophes, sociologues, essayistes en sciences humaines, économistes (je prends Le Monde et Le Figaro comme références), ont fait assaut, à la fois d’auto-enfermement dogmatiquement satisfait et de jargonnesque et arrogant contentement de soi. Avec, d’un côté, l’omniprésence des tenants d’une gauche radicale dingue et, de l’autre, les tenants d’une droite radicale dingue, les uns et les autres confinés dans leur case, sans la moindre passerelle, sans la moindre esquisse d’échange ou de dialogue....

    Lire la suite

  • Crise politique: un an après les élections, il faut se mouiller!

    C’était donc il y a un an, jour pour jour. Chaque jour de crise politique depuis ces élections nous a paru bien long. Mais depuis la mi-mars, cela a pris des allures d’éternité. La différence entre le 26 mai d’alors et celui d’aujourd’hui est simple mais énorme : les citoyens, les gens, les Belges, Flamands comme francophones, n’attendent désormais plus qu’une chose de la politique : qu’elle ne soit pas un problème. Ils en ont désormais plus qu’assez avec les leurs.

    Quels partis ? Un...

    Lire la suite