Les bourgmestres Rhode-Saint-Genèse et de Drogenbos prêtent serment à leur tour

Pierre Rolin, Lodewijk De WItte en Alexis Calmeyn
 
A Comines-Warneton, Alice Leeuwerck (MR), 28 ans est devenue l’une des plus jeunes bourgmestres de Wallonie, le 14 octobre dernier.
Mohammed Bougnouch.
POLITICS FEDERAL PARLIAMENT PLENARY SESSION
Bart De Wever © Belga
Kathleen Van Brempt et Tom Meeuws, membres du SP.A
©Belga
Dans l’ordre, de gauche à droite: Pierre Stassart, Gilles Foret, Elisabeth Fraipont, Jean-Pierre Hupkens, Julie Fernandez, Willy Demeyer, Christine Defraigne, Roland Léonard, Maggy Yerna et Marie-France Mahy.
Appelez-la Carole
! La bourgmestre se retrouve à la tête d’une commune sans dette, sauf un minuscule emprunt.
La photo du collège est à peine dévoilée qu’il va falloir la recommencer suite au départ vers la Région de Chantal Versmissen-Sollie, ici au premier rang, à la gauche du bourgmestre Vincent Scourneau.
d-20181126-3PWCZM 2018-11-27 11:52:29
Un nouveau collège pour les six ans à venir.
Arnaud Allard, un des deux bourgmestres wallons de moins de trente ans.
Julie Chantry a prêté serment devant Cedric du Monceau.
Les élus PTB ont d’abord prêté le serment de la rue.
L’installation du nouveau conseil est particulière 
: majorité et opposition sont en parfaite...opposition.
Willy Demeyer a prêté une nouvelle fois serment en tant que bourgmestre de Liège.
Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que nos voitures

  3. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite