La Belgique doit d'urgence développer une culture d'apprentissage permanent (FEB)

Outre les entreprises et les autorités, le citoyen doit aussi investir de son argent et de son temps, insiste la FEB. La nouvelle étude de Randstad montre que les travailleurs reconnaissent être responsables du développement de leur carrière, mais qu'ils se tournent vers les autorités ou leur employeur pour ce qui est des investissements en temps et en argent.

Les connaissances acquises initialement sur les bancs de l'école qui sont de plus en plus vite dépassées constituent un nouveau risque social, selon la FEB. "La durée de vie des diplômes et des connaissances est de plus en plus courte. Un emploi pour la vie n'est plus une évidence non plus. Le fait de quitter les bancs de l'école ne signifie pas la fin du processus d'apprentissage. L'apprentissage tout au long de la carrière est aujourd'hui la norme, nous devons constamment nous former, et pas seulement pendant les heures de travail et aux frais de l'entreprise", explique l'organisation patronale dans un communiqué.

Par ailleurs, l'étude de Randstad indique que les employeurs belges investissent en moyenne nettement plus par travailleur que dans les pays voisins et les pays comparables. Elle confirme aussi que les entreprises belges affichent un bon score en ce qui concerne la qualité du travail, et ce, tant pour la participation à une formation que pour la formation sur le tas, se réjouit la FEB.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous