Le CA de Vivaqua met le holà sur la hausse des tarifs de l’eau à Bruxelles

Vivaqua va devoir recalculer le montant des factures des ménages lésés.
Vivaqua va devoir recalculer le montant des factures des ménages lésés. - Siska Gremmelprez

Tel qu’annoncé mardi soir, le CA de l’intercommunale bruxelloise des eaux a bel et bien décidé, sur impulsion du ministre bruxellois de l’Energie Alain Maron (Ecolo), de suspendre la mise en application d’une partie de l’ordonnance « eau » – votée sous la précédente législature actée –, entrée en vigueur sur décision des services administratifs de Vivaqua au 1e janvier dernier. Pour rappel, cette disposition a eu pour conséquence de faire basculer la tarification progressive pour les ménages vivant dans des immeubles équipés de compteurs collectifs vers une tarification linéaire. Une analyse publiée dans l’Echo mardi matin laissait entendre qu’il en découlerait une hausse maximale de 20 % ressentie sur la facture de près de deux tiers des Bruxellois. Ni le CA, ni le ministre, ni le bureau exécutif de Vivaqua n’avaient été prévenus de ce risque potentiel.

Par voie de communiqué, le président de Vivaqua Bernard Van Nuffel (Ecolo) a fait savoir en sortie de réunion que le CA « regrettait vivement l’exécution administrative par les services d’un texte légal, sans en avoir apprécié correctement les conséquences sociales potentielles et sans l’accord du Conseil d’Administration », ajoutant qu’il « relevait toutefois que cette exécution par les services a été menée de bonne foi, s’agissant d’exécuter une disposition légale. »

Et pour la suite  Le CA de Vivaqua s’engage à « demander à la direction d’annuler les factures émises depuis le 1er janvier 2020 en application de l’article problématique ». La direction devra également envoyer une communication adéquate aux abonnés concernés. Les Bruxellois qui auraient éventuellement déjà payé des factures mensuelles établies (à la hausse mais aussi potentiellement à la baisse) sur base de calculs erronés seront quant à eux remboursés ou refacturés. Combien sont-ils à être concernés ? D’après les chiffres qui nous ont été communiqués par Bernard Van Nuffel, un peu plus de 72.000 factures au total ont été adressées entre le 1e janvier et le 2 mars dernier. Parmi elles, environ 10.000 concernent des immeubles de logement équipés de compteurs collectifs – impossible, pour l’heure, de prédire le nombre exact de ménages concernés – soit des immeubles potentiellement surfacturés au regard de la méthodologie de calcul abrogée ce mercredi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous