Un gouvernement d’urgence? De Crem (CD&V) recale l’idée

Un gouvernement d’urgence? De Crem (CD&V) recale l’idée

Le CD&V est-il prêt à mettre fin à un gouvernement d'urgence avec les libéraux, les socialistes et les verts ? Jusqu'à présent, CD&V insistait pour un gouvernement majoritaire du côté flamand et donc avec la N-VA. « Je n'ai aucune indication qu'il y aura une quelconque déviation de notre position », a déclaré le ministre de CD&V Pieter De Crem jeudi dans « De Morning » sur Radio 1.

Après l'échec de la tentative du vice-premier ministre Koen Geens de réunir le PS et la N-VA autour de la table de formation, le roi a chargé le président de la Chambre des représentants Patrick Dewael (Open Vld) et la présidente du Sénat Sabine Laruelle (MR) d'établir des contacts politiques. Ils envisageraient maintenant un gouvernement d'urgence, dans lequel le gouvernement minoritaire actuel dans les affaires courantes (MR, CD&V et Open Vld) serait complété par des socialistes et des verts.

La Vivaldi ne séduit toujours pas

Mais CD&V n'a pas voulu connaître cette formule « Vivaldi » jusqu'à présent, car elle n'a pas de majorité du côté flamand. M. De Crem souligne que les négociations sont menées par les présidents des partis. « Mais je n'ai aucune indication que notre position est déviée », a déclaré le ministre de l'intérieur.

Selon De Crem, le refus du PS d'entamer des négociations pour un gouvernement avec la N-VA a « laissé de profondes cicatrices » et a « conduit à une radicalisation à la base et au sommet » de CD&V.

Le ministre CD&V a également des questions sur le programme d'un tel gouvernement d'urgence avec les socialistes et les verts. « Les préoccupations économiques d'Ecolo et de PS sont à mille lieues de nos préoccupations économiques ». Il y a également des tensions sur la ligne en ce qui concerne les questions éthiques. Tout comme la N-VA et le Vlaams Belang, le CD&V s'oppose à la proposition violet-verte d'assouplir la loi sur l'avortement, qui est à l'ordre du jour de l'assemblée plénière la semaine prochaine. « Pas une seule mesure n'a encore été prise pour nous accueillir », a déclaré M. De Crem dans « De Morning ». « Il n'y a pas de majorité pour le dossier de l'avortement en Flandre. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous