Accueil Monde Europe

Migration: la Turquie déploie des renforts pour empêcher la Grèce de repousser les migrants

Alors que des miliers de personnes sont massées entre les deux frontières.

Temps de lecture: 2 min

La Turquie a annoncé jeudi le déploiement d’un millier de policiers le long d’un fleuve frontalier avec la Grèce pour « empêcher » Athènes de « repousser » les migrants qui essaient de le franchir depuis qu’Ankara a décidé de les laisser passer.

À lire aussi Migrants: Erdogan fait chanter l’Europe pour obtenir gain de cause en Syrie

« Ce matin, nous avons envoyé le long du fleuve Meriç (Evros, en grec) 1.000 membres des forces spéciales de la police, pleinement équipés, pour les empêcher de repousser » les migrants, a déclaré le ministre de l’Intérieur Süleyman Soylu, lors d’une visite dans la zone frontalière.

La Turquie a ouvert la semaine dernière ses frontières avec la Grèce pour laisser passer les migrants déjà présents son territoire.

À lire aussi Erdogan se révèle moins cynique qu’Assad et Poutine

Depuis cette annonce, des dizaines de milliers de personnes se sont massées le long de la frontière terrestre entre la Turquie et la Grèce, essayant de passer par des postes frontaliers ou en traversant le fleuve.

D’autres ont réussi à gagner la Grèce en rejoignant les îles égéennes, comme Lesbos et Chios.

Athènes a annoncé avoir empêché ces derniers jours plusieurs milliers de migrants d’entrer « illégalement » sur son territoire.

À lire aussi L’UE promet fonds et merveilles à la Turquie

Plusieurs migrants interrogés par l’AFP du côté turc ont indiqué avoir été renvoyés par les autorités grecques après avoir été interceptés de l’autre côté de la frontière, souvent après avoir été dépouillés de leurs effets personnels : argent, téléphone, chaussures.

La Turquie accuse en outre les forces frontalières grecques d’avoir tué trois migrants, ce qu’Athènes a fermement démenti, rejetant des « fausses informations ».

L’Union européenne a qualifié de « chantage » la décision prise par Ankara d’ouvrir ses frontières, au moment où la Turquie est en quête d’un appui occidental en Syrie.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

51 Commentaires

  • Posté par jourdain Claude, jeudi 5 mars 2020, 18:44

    La contribution supplémentaire de l'UE (€500 m d'après d'autres sources) est/serait une faute diplomatique. Le parlement européen doit réagir et s'opposer à cet ineptie.

  • Posté par Aerts Robert, jeudi 5 mars 2020, 18:10

    Et entretemps nos dirigeants européens, Michel et Vander Leyen entre autres, se baladent en helico au-dessus des migrants bien à l'abri de tout risque, et propose 1 milliards de + à ce dictateur d'Erdogan qui défie les institutions européennes et sa soi-disante unité. Belle solidarité alors que des dizaines d'enfants meurent de froid à la frontière et que, du côté des pays arabes, aucun signal d'aide ne parvient.

  • Posté par LIENARD NORBERT, jeudi 5 mars 2020, 17:57

    Tout cela va mal finir

  • Posté par Heymbeeck Joseph, jeudi 5 mars 2020, 15:09

    ça sent l'escalade et la guerre...

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Un an de Scholz: l’Allemagne à bout de bras

Malgré l’inflation record et l’arrivée de plus d’un million de nouveaux réfugiés, le chancelier allemand a réussi à maintenir la stabilité politique dans son pays.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une