Accueil Monde Europe

Brexit: «Frosty» n’a aucun doute sur les bienfaits du départ

David Frost est le négociateur britannique avec l’Union européenne. Sa proximité avec le Premier ministre Boris Johnson l’a rendu incontournable. Il est chargé de trouver un arrangement commercial avec l’UE d’ici la fin de l’année.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

David Frost, le négociateur britannique du Brexit, présente une caractéristique assez rare. Il ne ressemble pas à son curriculum vitae. Sa notice biographique dans le « Who is Who ? » – diplomate en poste à Bruxelles à la représentation permanente du Royaume-Uni auprès des institutions européennes, chef du département « European Union » du Foreign Office et ambassadeur au Danemark - est à la fois précise et trompeuse. Sa fiche signalétique dans le répertoire de la haute administration de Whitehall est exacte et illusoire.

En effet, « Frosty », le surnom qu’a donné Boris Johnson à son premier lieutenant, est l’un des rares plénipotentiaires de Sa Majesté à croire dur comme fer dans les bienfaits du départ de l’Union européenne.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par dams jean-marie, vendredi 6 mars 2020, 14:24

    Il est certain que ce sera un "NO DEAL" . Les anglais ont toujours et ce depuis le début été avec un pied dedans et un pied dehors! Alors pourquoi changer. Ce divorce va être horriblement cher , car on ne verra pas un seul penny! De Gaulle avait vu juste..... les historiens spécialisés de la "guerre de 100 ans" n'ont jamais fait le rapport pourtant avec un tel exemple sur une telle durée : jamais la Grande Bretagne n'aurait du faire partie de l'EU, JAMAIS !!!

  • Posté par Capiaux Alain, jeudi 5 mars 2020, 21:25

    Taxer les revenus des entreprises et des particuliers est pratiqué par au moins deux pays dans l'union européenne, l'Irlande et la Slovaquie sans que l'union y trouve a redire mais si ce sont les britanniques qui le feraient ce serait du dumping fiscal ?

  • Posté par Lambert Guy, jeudi 5 mars 2020, 19:11

    Les Anglais ont raison: ils ont choisi de quitter l'UE et par conséquent, ils feront ce qu'ils veulent comme ils veulent y compris pratiquer du dumping social, environnemental,... ...et l'Europe peut aussi imposer ce qu'elle veut, comme elle le veut à tout produit ou toute personne provenant d'Angleterre.

  • Posté par Naeije Robert, jeudi 5 mars 2020, 20:34

    "dumping social, environnemental..." cela peut dépendre des points de vue. Plus de flexibilité, moins de régulations bureaucratiques , moins de toutes sortes d'interdictions idéologiques dévastatrices d'emploi comme celle des OGM ou de l'exploitation des gaz de schiste... tout cela sera favorable à une croissance économique dont l'UE pourrait indirectement bénéficier par de bons accords commerciaux. Pourvu que Barnier et al puissent mettre un peu d'eau dans leur vin, dans l'intérêt de (nous) tous.

  • Posté par jourdain Claude, jeudi 5 mars 2020, 18:36

    Les affidés de M. Johnson ne cessent de parler au nom du royaume (dés)uni (...), de Britain et ignorent superbement les votes aux parlements écossais, gallois et nord irlandais. Ce sera un "no deal" en juin.

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Télétravail, pass sanitaire,...: le Royaume-Uni renforce ses mesures sanitaires

Dès lundi, le gouvernement demande donc aux employés de travailler de chez eux « si c’est possible ». Par ailleurs, le passeport vaccinal, contesté par certains députés de la majorité conservatrice, est introduit pour la première fois en Angleterre, dans les discothèques et dans tous les lieux de plus de 10.000 personnes.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs