Non marchand: manifestation contre la politique d'économies du gouvernement flamand (3)

Les syndicats tablaient sur 5.000 à 7.000 participants. Pari tenu puisque, selon la police, il y avait quelque 8.500 manifestants. Il était prévu qu'une délégation de ceux-ci soit reçue au cabinet de Wouter Beke vers midi.

Les syndicats espèrent que le gouvernement flamand reviendra sur ses mesures d'économies alors qu'un contrôle budgétaire est prévu. "La qualité risque de baisser et la charge de travail d'augmenter. Le secteur est victime depuis des années d'économies", dénonce Johan Van Eeghem, du syndicat socialiste flamand BBTK. "Même les employeurs tirent la sonnette d'alarme. Les gens doivent se rendre compte que l'argent ne manque pas mais qu'il s'agit de choix politiques."

La rencontre avec le ministre Beke s'est finalement avérée courte (une heure) et décevante, selon le compte-rendu des syndicats, qui réalisent qu'il y a encore beaucoup à faire pour expliquer tous les problèmes.

"Franchement, l'entretien a été décevant", déplore ainsi Johan Van Eeghem. "Je n'ai pas vraiment entendu dire que le gouvernement flamand ajustera les budgets. Ils ont dit qu'ils voulaient examiner les réserves dont les communes ont besoin pour mettre en œuvre la politique sociale locale. Et ils regardent les réserves dont disposent les employeurs. Nous n'avons rien entendu de positif pour le personnel."

Selon Mark Selleslagh du syndicat chrétien ACV Puls, Wouter Beke a au moins entendu que "nous étions ici en nombre". "8.500 manifestants, c'est un important signal. C'est beaucoup plus que ce à quoi nous nous attendions. J'espère que ce signal incitera le gouvernement à chercher des corrections budgétaires."

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous