Accueil Le livre

«Et si toute religion était un jeu pris de plus en plus au sérieux…»

Le pastafarisme a inspiré à François De Smet un livre stimulant sur les religions. Dans celui-ci, il n’est pas question de les prendre en grippe mais de tenter de comprendre ce qui fait leur fond commun et les a portés jusqu’à nous

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 5 min

Les religions. Voilà un sujet que François De Smet, l’ex-directeur du Centre fédéral Migration, l’actuel président de Défi et philosophe rendu aux plaisirs purement spéculatifs les soirs et les week-ends venus, voulait approfondir depuis longtemps. Il le fait en se servant de la notion de jeu. C’est-à-dire « L’ouverture délibérée par les hommes d’une dimension échappant au réel, dotée de règles propres, créant par le recours au dogme, au récit mythique et à l’imagination un espace-temps fantasmé », comme il la définit. Et ce recours au jeu est véritablement essentiel pour les religions à en croire François De Smet. Car c’est qui leur permet notamment de « négocier » les tensions entre mythe, dogme et réalité.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Le livre

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs