Accueil Société Régions Hainaut

Travaux auto(routiers): cauchemar au-dessus du réseau d’Infrabel

Les chantiers surplombant les voies de chemin de fer imposent des contraintes de sécurité considérables. Une demande de coupure de trafic sur le rail doit se faire six mois à l’avance. Chaque année, Infrabel coordonne des dizaines de milliers d’exécutions.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Au volant de sa voiture en Wallonie, l’usager se dit parfois que les rénovations routières ont tendance à durer… quand elles ne s’éternisent pas comme sur le ring de Charleroi (lire ci-dessous). C’est particulièrement vrai au-dessus ou en dessous des voies de chemin de fer. Il faut dire qu’Infrabel, gestionnaire du rail en Belgique, a un paquet de chantiers à coordonner pour maintenir son infrastructure en état, et permettre à des opérateurs tiers d’entretenir ou rénover leurs ouvrages, comme le SPW ou la Sofico (Société de Financement Complémentaire des infrastructures) chargée des autoroutes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Hainaut

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs