Les aides-ménagères bravent la pluie pour protester contre Federgon

Après dix mois de difficiles négociations, les syndicats et les organisations d'employeurs se sont mis d'accord sur un projet d'accord. Il devait être signé lundi mais Federgon a rejeté le texte au dernier moment. Selon les syndicats, les sociétés de contrôle des services Trixxo et Poetsbureau se sont opposées au contenu du projet d'accord.

"Le problème qui se pose concerne les salaires, qui augmentent de 0,8% selon l'accord. Mais, à l'avenir, ils seront également liés aux heures de travail. Il y a un certain nombre d'entreprises qui ont maintenant ajusté leurs heures de travail pour pouvoir bénéficier de réductions de l'ONSS. C'est une mauvaise utilisation de ces réductions et nous l'avons empêché car cela est inacceptable. Les conventions collectives doivent être signées telles qu'elles ont été convenues", explique Issam Benali, secrétaire national de l'ABVV (pendant flamand de la FGTB).

Les syndicats estiment qu'ils ont déjà ajouté suffisamment d'eau dans leur vin car, dans d'autres secteurs, un accord interprofessionnel s'applique pour une augmentation salariale de 1,1%.

    La ministre flamande de l'Economie et du Travail Hilde Crevits (CD&V) et le ministre bruxellois de l'Emploi Bernard Clerfayt (DéFI) étaient notamment invités à l'événement de Federgon. Ils ont pris le temps de venir écouter les aides-ménagères sous la pluie et ont montré leur compréhension de leur situation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous