Accueil Société

Coronavirus: Maggie De Block dénonce les pays de l’UE qui bloquent l’export de masques de protection

La ministre a appelé à la solidarité entre pays membres.

Temps de lecture: 2 min

« Ce n’est pas ça, l’esprit de l’Union européenne » : la ministre de la Santé publique Maggie De Block a dénoncé, vendredi à son arrivée à un conseil extraordinaire des ministres européens de la Santé consacré au coronavirus, le blocage par deux États membres – l’Allemagne et la République tchèque – de leurs exportations de masques de protection.

« Je trouve que nous devons être solidaires dans la répartition des masques de protection », a souligné Mme De Block, affirmant qu’elle le ferait savoir « de manière courtoise » à ses homologues européens.

Un arrêt des exportations

Berlin et Prague ont annoncé, la semaine dernière, le blocage temporaire de leurs exportations de matériel médical de protection (masques, gants, combinaisons etc.), alors que la pénurie de masques de protection – essentiellement produits en Chine – est devenue mondiale.

La ministre avait déjà annoncé que les différents gouvernements de Belgique examinaient avec l’industrie la manière de produire à court terme des masques pour le marché belge. La plupart des hôpitaux du pays disposeraient encore d’une réserve stratégique de quelques semaines, mais nombre de pharmaciens, médecins et autre personnel soignant sont déjà confrontés à la pénurie.

Les ministres européens de la Santé se réunissent ce vendredi, pour la seconde fois, en session extraordinaire sur le coronavirus. Si la Santé publique reste une compétence largement nationale, l’UE peut toutefois coordonner l’échange d’informations et soutenir la recherche. Elle a aussi joué un rôle dans le rapatriement des citoyens européens de Chine.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par andre geerinckx, vendredi 6 mars 2020, 15:29

    pas de soucis, la societe PharamSimple de Houdeng propose de fabriquer 3 millions de masques livrables en 3 jours voir https://www.rtbf.be/info/dossier/epidemie-de-coronavirus/detail_un-stock-de-3-millions-de-masques-pour-le-marche-belge-possible-mais-pas-sur?id=10447892. Pourquoi attendre Madame De Block ? Foncez svp avant qu'il ne soit trop tard

  • Posté par Schoukens Micheline, vendredi 6 mars 2020, 12:11

    bonjour Madame la ministre de la santé, il est un peux tard pour commandé des masques et autres produit de protection,car cela s'appelle DE LA PRÉVENTION QUE VOUS N'AVEZ PAS APPLIQUE DES LES PREMIER CAS......IL EST FACILE DE FAIRE PORTE LE CHAPEAU AU AUTRES.......VOIR LE RGPT QUI EST DISTRIBUE GRATUITEMENT CE QUI EST UNE TRES BONNE LECTURE POUR VOUS

  • Posté par Schoukens Micheline, vendredi 6 mars 2020, 12:11

    bonjour Madame la ministre de la santé, il est un peux tard pour commandé des masques et autres produit de protection,car cela s'appelle DE LA PRÉVENTION QUE VOUS N'AVEZ PAS APPLIQUE DES LES PREMIER CAS......IL EST FACILE DE FAIRE PORTE LE CHAPEAU AU AUTRES.......VOIR LE RGPT QUI EST DISTRIBUE GRATUITEMENT CE QUI EST UNE TRES BONNE LECTURE POUR VOUS

  • Posté par Jules Vandeweyer, vendredi 6 mars 2020, 11:53

    " Ce n'est pas ça l'esprit européen" "Nous devons être solidaires" Ah bon… Mais si Mme De Block, c'est ça l'Europe; l'Europe est libérale ( l'offre et la demande, c'est la loi du marché) où l'argent prime sur les gens. Ce que vous demandez, la solidarité, cela c'est l'apanage de la gauche. Mais, de toute évidence vous avez raison; il faudrait plus de solidarité!

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 6 mars 2020, 11:23

    Où l'on se rend compte à quel point nous dépendons de la Chine. Et le cas des maques sanitaires n'est pas isolé. Que l'Europe ne dispose pas des moyens de production de quelques choses d'aussi élémentaire et nécessaire que ces masques, c'est tout de même affligeant!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Plongée dans l’enfer des prostituées trans au quartier Yser

L’ASBL Alias sort une enquête et un court-métrage sur la situation des prostituées trans dans le quartier Yser. Détresse, survie et danger sont les maîtres mots de celles qui, souvent, n’entrevoient pas d’autre choix que de se prostituer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko