Belgique, France, Italie…: les mesures prises pour éviter la propagation du coronavirus

Belgique, France, Italie…: les mesures prises pour éviter la propagation du coronavirus
AFP

Villes et provinces confinées, navires de croisières maintenus au large, isolement de voyageurs : plusieurs pays ont mis en place des mesures de quarantaine depuis l’apparition du nouveau coronavirus. Voici les principales mesures.

Belgique

Les personnes contaminées sont placées en isolement ainsi que celles qui ont été en contact avec celles-ci. Des mesures plus drastiques ne sont pas nécessaires. Ce n’est que lorsqu’il y aura une épidémie plus importante dans notre pays, avec plusieurs patients, que les autorités pourraient décider par exemple de fermer les cinémas, les écoles ou d’autres endroits de rassemblement, ou d’annuler des événements. Isoler un quartier ou un village du monde extérieur est peu probable en Belgique. Les villages et les villes sont très proches les uns des autres en Belgique, de sorte qu’une quarantaine est pratiquement impossible.

Italie

Le gouvernement a pris par décret dimanche des mesures de confinement de plus de 15 millions d’habitants du nord du pays, valables jusqu’au 3 avril.

Dans la région de Lombardie et dans quatorze provinces italiennes, vaste zone allant de Milan à Venise, les entrées et sorties sont désormais étroitement limitées.

Onze communes de Lombardie et Vénétie avait déjà été placées en quarantaine le 23 février.

France

Des établissements scolaires resteront fermés pour plus de 300.000 élèves à partir de lundi dans les foyers les plus actifs du coronavirus en France, où les rassemblements de plus de 1.000 personnes sont désormais interdits pour lutter contre la propagation de l’épidémie.

Deuxième pays le plus affecté en Europe, après l’Italie, la France multiplie les mesures de prévention, plus d’un millier de personnes étant contaminées dans l’Hexagone.

Dans le Haut-Rhin et l’Oise, deux départements parmi les plus touchés, toutes les écoles et les crèches restent portes closes à compter de lundi et pendant au moins deux semaines.

Cette disposition concerne 165.000 élèves dans l’Oise et 127.000 dans le Haut-Rhin. Concrètement, les professeurs et élèves auront recours à l’enseignement à distance pour assurer la continuité des cours.

À Ajaccio, la préfecture de Corse-du-Sud a elle aussi annoncé la fermeture pour deux semaines de tous les établissements scolaires, une mesure concernant environ 10.000 élèves. Cette ville est désormais considérée comme un foyer de contamination. Vingt-trois des 28 cas en Corse y ont été recensés.

Chine

Environ 50 millions de personnes sont bloquées dans les villes et villages de la province du Hubei en vertu d’un cordon sanitaire mis en place fin janvier. C’est le cas pour le chef-lieu Wuhan, où le coronavirus est apparu en décembre.

Partout dans le pays, différents types de quarantaines, plus ou moins poussées, sont mises en place (chez soi ou dans un autre lieu, avec possibilité de sortir de son appartement ou non).

Pékin impose depuis le 26 février une quarantaine de 14 jours aux voyageurs en provenance de pays « gravement touchés » par l’épidémie.

Par ailleurs, plusieurs pays (Belgique, France, Allemagne, Canada…) ont placé en quarantaine leurs ressortissants rapatriés de Wuhan.

Vietnam

Mi-février, une commune de 10.000 habitants près de Hanoï, Son Loi, a été placée en quarantaine pour vingt jours après la découverte de six cas.

Corée du Nord

3.650 personnes qui étaient en quarantaine dans les provinces de Kangwon et Chagang ont été autorisées le 5 mars à reprendre une vie normale.

Une quarantaine à domicile a été imposée depuis début février à 380 étrangers résidant dans le pays, levée récemment pour 221 d’entre eux.

Le pays a suspendu les liaisons aériennes et ferroviaires avec l’extérieur et interdit la venue des touristes étrangers.

États-Unis

Gants et mesures de préventions n’y ont rien fait : l’épidémie de nouveau coronavirus s’est propagée en Californie, obligeant ses organisateurs à annuler le tournoi de tennis d’Indian Wells, un des plus importants des circuits ATP et WTA après ceux du Grand Chelem.

Voyageurs

Plusieurs pays ou territoires ont pris des mesures concernant les arrivées en provenance de Chine et de pays présentant, tels l’Iran, la Corée du Sud ou l’Italie, un grand nombre de cas.

Pour les Belges voyageant à l’étranger, les avis de voyage les plus récents se trouvent sur le site web du SPF Affaires étrangères. Les conseils aux voyageurs sont constamment mis à jour afin de permettre aux voyageurs de prendre les bonnes décisions.

Il n’est pas dangereux de voyager vers des destinations où le virus n’est pas (ou pas encore) en circulation. Si vous voyagez vers une destination où l’épidémie sévit, le risque que vous soyez contaminé reste faible. Il est cependant possible que vos projets de vacances soient contrariés dans la mesure où certains endroits risquent d’être fermés au public.

Par exemple, les autorités de Hong Kong ont imposé le 8 février une quarantaine de deux semaines à tout voyageur en provenance de Chine continentale, les récalcitrants encourant six mois de prison.

Israël impose depuis début mars une quarantaine de deux semaines pour les voyageurs en provenance de France, Allemagne, Suisse, Espagne et Autriche, après des rectrictions pour l’Italie et plusieurs pays asiatiques. Les non-résidents en provenance de ces pays sont interdits d’entrée, sauf s’ils prouvent qu’ils ont un lieu d’isolement.

Le Japon a annoncé le 5 mars que toute personne arrivant dans l’archipel et ayant séjourné récemment en Chine ou en Corée du Sud devrait passer 14 jours en quarantaine.

Au Salvador, l’entrée est désormais interdite aux arrivants d’Allemagne et de France, après Chine, Corée du Sud, Italie et Iran. Les citoyens salvadoriens ou personnel diplomatique devront respecter une quarantaine de 30 jours.

Les îles Marshall, dans le Pacifique, ont interdit dimanche tous les vols vers leur territoire, ainsi que les arrivées par la mer depuis dix pays.

Navires de croisière

Le Diamond Princess a été mis en quarantaine au large de Yokohama près de Tokyo avec 3.711 personnes à bord, à partir du 5 février. Des centaines de cas d’infection au coronavirus s’y sont développés et plusieurs gouvernements ont décidé d’évacuer leurs ressortissants paraissant sains pour les placer quatorze jours en quarantaine dans leurs pays respectifs.

Les autres passagers ont commencé à débarquer au bout de 14 jours, mais les membres d’équipage seulement à partir de la fin février.

Le paquebot Grand Princess est confiné au large de San Francisco avec 3.533 passagers et membres d’équipage depuis quelques jours. Les passagers les plus touchés doivent commencer à débarquer lundi à Oakland (nord de la Californie) pour être soignés, l’équipage doit être placé en quarantaine et traité à bord.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous