Coronavirus - Nouvel appel à un assouplissement des règles pour ne pas voler à vide

L'enjeu est de taille: les compagnies aériennes doivent utiliser au moins 80% des créneaux horaires qui leur sont attribués dans les aéroports, faute de quoi elles perdent leurs droits la saison suivante.

Or certaines compagnies qui ne sont "pas certaines de ne pas perdre leurs droits historiques pour la prochaine saison équivalente" pourraient être amenées à "utiliser des avions dont le coefficient de remplissage est extrêmement faible, ce qui n'est pas une bonne solution sur le plan économique ou environnemental", argumente l'EUACA sur son site internet.

L'association rassemble les gestionnaires de créneaux de 230 aéroports européens.

Pour faire face à la demande de réservations sur certaines destinations, les compagnies aériennes peuvent être amenées à "regrouper" des vols, c'est-à-dire à supprimer un vol et déplacer les passagers sur un autre vol vers la même destination. Mais elles restent tenues de respecter cette règle les obligeant à utiliser 80% des créneaux horaires qui leur sont attribuées, sous peine de voir ces créneaux redistribués à d'autres compagnies.

L'EUACA demande donc à la Commission européenne la mise en place d'un moratoire, dans une lettre dévoilée par la Tribune.

Celui-ci devrait être mis en place pour une période comprise "entre mi-février, début mars et jusqu'à la fin juin 2020" avec une possibilité de l'étendre au-delà si l'épidémie se poursuit, explique l'EUACA sur son site.

L'UE avait déjà eu recours à de telles dérogations lors de l'épidémie de Sras en 2003 et après le 11-Septembre.

Cet appel de l'EUACA intervient après celui de l'Association internationale du transport aérien (Iata). L'association, qui regroupe 290 compagnies aériennes dans le monde, a demandé le 2 mars que "les règles d'utilisation des créneaux soient immédiatement suspendues pour toute la saison 2020 en raison de l'impact du Covid-19".

Cette suspension "signifiera que les compagnies pourront répondre aux conditions du marché avec des niveaux de capacités appropriées, évitant d'avoir à faire voler des avions à vide pour garder leurs créneaux", arguait l'Iata dans un communiqué.

Dans un courrier adressé jeudi au gestionnaire britannique des créneaux ACL, le secrétaire d'État britannique aux Transports Grant Shapps a lui aussi présenté une demande semblable.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous