Coronavirus - Supermarchés vidés par le coronavirus: Johnson appelle à la "responsabilité"

L'épidémie a contaminé 319 personnes et fait cinq morts au Royaume-Uni. Le gouvernement a décidé de ne pas imposer de mesures de restriction des rassemblements publics pour le moment, estimant qu'il était encore trop tôt.

En revanche, de nombreux Britanniques se précipitent depuis quelques jours dans les magasins ou sur les sites internet de grandes enseignes pour faire des stocks de produits du quotidien, comme du papier hygiénique, des boîtes de conserve ou du gel antibactérien.

"Il est très très important que tout le monde se comporte de manière responsable", a déclaré le Premier ministre britannique lors d'une conférence de presse. Il s'est dit "confiant" dans la capacité des supermarchés à faire face à la situation, assurant que le gouvernement restait en contact avec les distributeurs.

Face à la vague d'achats, les enseignes de supermarchés ont pris des mesures, comme le numéro un britannique Tesco qui limite depuis ce week-end les achats à cinq produits pour les pâtes, les lingettes antibactériennes, les gels et le lait à longue conservation. Tesco est la seule chaîne de supermarchés à avoir imposé des restrictions sur l'alimentaire.

D'autres comme Waitrose ont limité la vente en ligne de certaines lingettes et savons, tandis qu'Asda, filiale de Walmart, n'autorise l'achat que deux gels antibactériens dans ses magasins et sur internet.

La semaine dernière, la chaîne britannique de pharmacies Boots avait déjà limité, par crainte de la spéculation, les achats de gel désinfectant pour les mains, dont les ventes s'envolent avec l'épidémie de nouveau coronavirus.

Boris Johnson, qui a présidé une réunion d'urgence lundi matin, a justifié la décision de son gouvernement de ne pas prendre de mesures plus radicales pour contenir le virus, alors que d'autres pays européens ont interdit les grands rassemblements ou pris des mesures de quarantaine.

S'il a assuré que de nouvelles mesures seraient prises "dans les semaines à venir", il a jugé "absolument critique que, dans la gestion du virus, nous prenions les bonnes mesures au bon moment".

"Nous ne devons rien faire qui ait un effet médical limité ou qui se révèle contreproductif", a-t-il expliqué, reconnaissant que le virus allait "présenter des défis importants pour le Royaume-Uni".

A ses côtés, le chef des services médicaux en Angleterre, Chris Witty, a expliqué que le public risquait de se lasser de mesures restrictives et qu'il ne fallait donc pas les introduire trop tôt. Selon lui, dans un futur "très proche, probablement d'ici 10 à 14 jours, nous allons arriver à un moment où nous dirons que quiconque subissant des infections respiratoires même minimes ou une fièvre devra s'isoler pour sept jours."

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous