Le président de l’UCI Lappartient craint une annulation du Giro et du Tour en raison du coronavirus: «Ce serait une catastrophe»

David Lappartient
David Lappartient - Photo News

Alors que les Strade Bianche, Tirreno – Adriatico et Milan – Sanremo ont sauté et se cherchent une nouvelle date dans le calendrier, le peloton bataille à coup de bordures sur les routes de Paris-Nice… mais encore pour combien de temps ? « L’objectif est que la course aille jusqu’à son terme », a déclaré Lappartient à Reuters alors que le scepticisme règne à ce sujet. « Ce sont les autorités compétentes qui doivent décider de l’accès ou non du public dans les zones d’arrivée. Ce n’est pas ce que nous voulons, mais si c’est la seule possibilité pour que la course aille à son terme, alors il faut le faire », a-t-il ajouté.

Lappartient a ensuite parlé des prochaines courses et notamment des deux Grands Tours qui approchent à grands pas : le Giro et le Tour de France. « Il manque encore deux mois avant le giro et nous espérons que la situation évolue positivement d’ici là. Nous espérons que ces deux courses puissent se dérouler aux dates convenues. Nous sommes un peu plus inquiets en ce qui concerne le Giro en raison de la situation en Italie où toutes les activités sportives sont suspendues jusqu’au 3 avril. Mais qui sait dans quelle situation nous serons à ce moment-là ? Il y a un risque que le Giro puisse être annulé. »

La semaine dernière, le directeur de course de RCS (organisateur du Giro) avait parlé d’un « dommage immense au sport et au pays » en cas d’annulation du Giro. Une éventualité qu’il ne voulait « même pas envisager. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous