Manchester City-Arsenal reporté en raison du coronavirus

Kevin De Bruyne
Kevin De Bruyne - Photo News

Le point de départ de toute cette affaire est l’annonce mardi du propriétaire de l’Olympiacos Le Pirée Evangelos Marinakis pour dévoiler qu’il avait contracté le coronavirus. Or une dizaine de jours auparavant, il a été en contact avec des joueurs (Arsenal n’a pas divulgué le nombre, ni les noms) et quatre membres du staff d’Arsenal avant le 16e de finale retour de l’Europa League. « Si les risques de contamination sont minimes compte tenu de la brièveté des contacts, un joueur lui a serré la main », a-t-on expliqué.

Malgré l’annonce en provenance de Grèce qu’aucune autre personne du club grec (joueurs et staff technique) n’a été testée positive (même chose à Nottingham Forest, le club de Championship qui appartient également à l’homme d’affaires grec), la réaction a été immédiate du côté des « Gunners » : toutes les personnes concernées sont en isolement volontaire d’ici la fin du délai de 14 jours. Avec l’annulation du déplacement à Manchester, aucun entraînement n’était par ailleurs au programme ce mercredi dans le nord de Londres.

Arsenal jouera samedi

A l’heure actuelle, ce nouveau report (le match avait dû être déplacé en raison de la finale de la Carabao League Cup) demeure un « one shot » en Premier League. Samedi, Arsenal doit se déplacer à Brighton et n’est pas menacé. L’explication est… mathématique : le délai de 14 jours, au-delà duquel les symptômes de la contamination n’apparaissent plus suite à un contact, sera alors dépassé et les joueurs concernés par le confinement pourront déjà s’entraîner dès vendredi. Juste à temps pour la prochaine journée de Premier League. Voilà qui change la donne pour Liverpool. Si Manchester City perd samedi à Burnley, les « Reds » pourraient être sacrés lundi à Everton.

A l’inverse, le match Olympiacos-Wolverhampton, en 8e de finale aller de l’Europa League, est maintenu malgré la demande des « Wolves » pour un report. L’UEFA n’a pas accédé à la requête… « Cela ne nous satisfait pas », a déploré le manager Nuno Espirito Santo. « L’Olympiacos a d’autres problèmes. Jouer à huis clos ne sert à rien, il faut peut-être penser à d’autres options comme tout arrêter. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous