Accueil Culture

Manara: «J’avais l’impression de voir la main de dieu»

Leur origine vénitienne commune les a rapprochés. Manara considérait Pratt certes comme un ami, mais avant tout comme un maître.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 4 min

Milo Manara, le maître de la bande dessinée érotique, est tombé sous le charme d’Hugo Pratt en 1970, lors d’une rencontre au festival de Lucca, en Italie. Le jeune étudiant en architecture avait 25 ans et Pratt venait de publier sa Ballade de la mer salée, la première aventure de Corto Maltese. Tous deux étaient originaires de Venise. Une amitié est née dans l’instant. Ils signeront deux albums ensemble, Un Eté indien, en 1986, et El Gaucho, paru en 1995, l’année de la disparition d’Hugo Pratt.

L’histoire particulière qui vous a réunis, c’est Venise ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs