Coronavirus - Le secteur de l'aviation étudie l'impact de l'interdiction d'entrée aux États-Unis

"Nous examinons actuellement l'impact" des annonces, a indiqué jeudi Lufthansa sur Twitter. "La sécurité et le bien-être de nos clients et de notre personnel de bord sont notre priorité", ajoute l'entreprise.

La compagnie aérienne néerlandaise KLM procède elle aussi à son analyse. "Nous allons étudier l'impact de cette mesure aujourd'hui", a annoncé la firme sur Twitter.

À Brussels Airport, les cinq vols du matin en provenance des États-Unis ont atterri jeudi et les six départs prévus auront normalement lieu, a déclaré une porte-parole de l'aéroport.

Les compagnies aériennes américaines Delta et United Airlines opèrent à l'aéroport de Zaventem, l'une vers New York et l'autre vers Chicago, New York et Washington. La filiale de Lufthansa Brussels Airlines assure elle aussi des vols vers New York et Washington. Le voyagiste Tui organise quant à lui des vols vers Miami.

Pendant les 30 prochains jours, les non-Américains qui ont séjourné dans l'espace Schengen pendant les deux semaines qui précèdent leur voyage ne pourront pas entrer aux États-Unis. Les autorités américaines conseillent également à leurs ressortissants de reporter les voyages non essentiels dans l'espace Schengen, dont la Belgique fait partie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous