Accueil Opinions Chroniques

Le coronavirus et le basculement du monde

L’épidémie sonne comme un avertissement qui devrait amener nos sociétés, ceux qui les dirigent et ceux qui les composent, à s’interroger sur leur mode de fonctionnement et sur les risques qu’ils encourent à poursuivre leur « marche folle ».

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

On ne peut que souhaiter une fin rapide de la pandémie de coronavirus. Car chaque vie perdue est un drame et il n’est pas certain non plus que nos sociétés choisiront une voie raisonnée si la panique gagne et l’économie fait une embardée. Mal gérée, cette crise pourrait provoquer un séisme démocratique et contribuer à écailler encore davantage la mince pellicule de civilisation qui recouvre nos sociétés.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Stenuit Fernand, mercredi 18 mars 2020, 18:59

    Bon, c'est pas le moment de chercher la bète noire . Faisons ce qu'il faut pour s'en sortir. Il n'y a pas encore de médicament ,donc le meilleur : fais ce que tu peux pour qu'on en sorte.C'est pas la fin du monde , mais il faut suivre les consignes

  • Posté par brenes norbert, jeudi 12 mars 2020, 23:16

    Relocaliser c'est fort bien ...mais aucune usine ne peut voir le jour sans des risques d'accidents, de pollution, de dégradation du paysage...sommes-nous prêts à l'accepter ? Le citoyen lambda accepte-t-il voir des usines "dans son jardin" ? Et est-il prêt à payer le surcoût qui résulte de la fabrication dans nos pays ? Je n'en suis pas si sûr.

  • Posté par Thys Nicolas, jeudi 12 mars 2020, 23:12

    très bien écrit, merci

  • Posté par brenes norbert, jeudi 12 mars 2020, 23:12

    Relocaliser c'est fort bien ...mais aucune usine ne peut voir le jour sans des risques d'accidents, de pollution, de dégradation du paysage...sommes-nous prêts à l'accepter ? Le citoyen lambda accepte-t-il voir des usines "dans son jardin" ? Et est-il prêt à payer le surcoût qui résulte de la fabrication dans nos pays ? Je n'en suis pas si sûr.

  • Posté par VINCENT Patrick, vendredi 13 mars 2020, 8:10

    Vous avez raison, mais c'est le coût a payer. Nous avons été trop loin dans la mondialisation.

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Chronique Histoire d’un crime

Le 17 octobre 1961, des manifestants algériens furent massacrés à Paris par la police. Soixante ans plus tard, la droite française continue d’affirmer que toute repentance est un coup porté à la patrie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs