Gembloux: le rapport d'incidences pour la ligne souterraine haute tension présenté

Le bureau d'étude indépendant a analysé différents paramètres tels que les alternatives au projet, la phase chantier, les champs électromagnétiques, la mobilité, la faune et la flore ainsi que les sols.

Selon l'analyse du bureau, la localisation à 80% du tracé dans les terrains agricoles permet de limiter les incidences liées au chantier. La mobilité, la faune et la flore seront également peu impactées puisque le chantier sera réalisé par phases, incluant certains forages dirigés. "Par ailleurs, les terres arables seront stockées distinctement des autres terres afin de pouvoir être réutilisées à la fin du chantier. Les champs électromagnétiques respecteront quant à eux la référence recommandée par le Conseil Supérieur de la Santé", indique-t-on encore.

Le bureau d'études a émis quelques recommandations qu'Elia va désormais analyser en vue de les intégrer dans la prochaine demande de permis d'urbanisme, qui devrait être déposée courant avril 2020.

Ensuite, s'en suivra la procédure officielle au cours de laquelle les riverains concernés pourront consulter la demande de permis d'Elia ainsi que le rapport complet de CSD Ingénieurs.

Le passage en souterrain de la ligne haute tension a pour objectif d'assurer la fiabilité du réseau en remplaçant donc une ligne aérienne datant de 1938 tout en intégrant les besoins futurs liés au déploiement des énergies renouvelables, explique Elia.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous