Accueil Sports Football

Huis clos: le Standard va étudier le dossier sur le fond avant d’aller éventuellement en évocation

Le Standard a écopé d’un match à huis-clos à une date encore à déterminer, et d’un autre où il bénéficie du sursis jusqu’au 1er mars 2017, suite aux incidents ayant émaillé le match de la 12e journée du championnat le 25 octobre à Charleroi (2-3).

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Les Rouches vont à présent étudier le jugement rendu sur le fond en interne, avant d’entreprendre une éventuelle action à son encontre, a confié le teammanager Pierre Locht.

Mais la décision ayant cette fois été prise par la cour d’appel de la Commission des Litiges, il ne reste plus qu’une seule procédure possible pour attaquer ce jugement. Porter l’affaire devant la commission d’Evocation de l’Union Belge de football (URBSFA).

«Ce qui est sûr», explique Pierre Locht, «c’est qu’on ne va pas perdre son temps à chercher d’hypothétiques erreurs de procédure commises dans ce dossier. On veut en effet analyser à fond les motifs sur lesquels s’est basée la commission d’appel pour nous infliger cette sanction. On examinera ensuite les éventuelles suites qui pourraient être décidées pour s’opposer aux mesures qui nous frappent».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Football

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs