Wouter Vrancken, l’entraîneur de Malines, sur les mesures prises contre le coronavirus: «Même si on n’a pas peur, on doit penser aux autres»

photo news
photo news

Sur le huis clos  : « Le football est notre passion, ce sont des émotions qui doivent être vécues avec les supporters. Mais si la santé de certains n’est pas assurée, alors il faut déplacer la priorité hors de l’aspect purement sportif. Au fond de nous, on voudrait tous disputer cette dernière journée dans des conditions normales mais on sait aussi que ce ne serait pas raisonnable. Le match à Genk, s’il a lieu car la situation évolue sans cesse, sera passionnant au vu de l’enjeu. L’absence de public ne sera pas forcément un avantage pour nous car on adore jouer avec de chaudes ambiances. Ce sera triste mais c’est sans doute mieux comme ça. »

Sur les mesures particulières  : « On a demandé à ce qu’il y ait le moins de contacts physiques possible entre nous, que tout le monde se lave bien les mains, suive les recommandations. Au-delà de ça, chacun doit prendre ses propres bouteilles pour s’hydrater pendant l’entraînement et on a conseillé aux joueurs de ne pas utiliser tout ce qui jacuzzi etc. Ce n’est pas une question d’avoir peur ou pas, c’est une question de bon sens. Idem dans le cadre familial. Le coronavirus n’est grave pour pas grand monde mais on a tous dans nos proches un grand-parent, une personne en mauvaise santé, dont le système immunitaire. On ne doit pas se dire qu’on ne risque rien mais penser aux autres. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous