Coronavirus: Weyts veut assurer une offre d’apprentissage

Coronavirus: Weyts veut assurer une offre d’apprentissage

La suspension temporaire des cours ne signifie pas qu’il s’agit soudainement d’un jour férié. C’est ce que le ministre de l’éducation Ben Weyts a déclaré vendredi avant le début du Conseil des ministres flamand. Selon lui, il faudrait réfléchir à des moyens de permettre aux étudiants d’étudier quand même.

Au moins jusqu’au 3 avril, il n’y aura pas de cours dans les écoles de notre pays. « Avec les vacances de Pâques, nous avons donc cinq semaines », a déclaré Weyts Friday. « Espérons que la situation se stabilisera d’ici là. »

« Il faut des mesures drastiques »

Le ministre a plaidé jeudi après-midi pour que les écoles restent ouvertes, mais a tout de même défendu la mesure décidée le soir. « Si vous prenez des mesures, il vaut mieux le faire de manière drastique, tout d’un coup. Pas de guérisseurs mous ».

Dans le même temps, Weyts met en garde contre un sentiment de vacances. « Nous devons nous assurer qu’il y a une offre d’apprentissage. Il y a différentes façons de le faire. Par exemple, les écoles peuvent utiliser « Smartschool » pour donner des devoirs aux élèves ».

À 11 heures, il y a une réunion avec les dômes et les syndicats. L’organisation de la réception sera également abordée. « Nous organiserons des collaborations entre les écoles, au sein de la communauté scolaire et à l’extérieur », déclare Weyts. Par ailleurs, les écoles ne sont tenues de prendre en charge les enfants que jusqu’à l’âge de 14 ans.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous