Accueil Opinions

Le néolibéralisme est un fascisme? Miller réfute, Di Rupo illustre

Les deux politiques réagissent à la carte blanche de Manuela Cadelli, présidente de l’Association Syndicale des Magistrats.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

L’incrimination du néolibéralisme, comme s’y emploie spectaculairement Manuela Cadelli dans sa carte blanche, fait s’indigner les conseillers au centre Jean Gol et chavirer d’aise les chercheurs de l’Institut Emile Vandervelde.

Richard Miller, député fédéral par ailleurs, qui dirige le bureau d’études du MR, n’a pas de mots assez durs, et rectifie tant qu’il peut. En face, Elio Di Rupo tient à témoigner en personne pour le centre d’études socialistes, il abonde, prolonge.

Traits polémiques et analyses se mêlent, la suédoise au milieu (du feu)…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Michel Lustygier, mardi 22 mars 2016, 21:07

    "Gramatici disputant"

  • Posté par Francis-Richard De Smet, mardi 22 mars 2016, 20:25

    pathétique le politicien Miller... il défend sa prébende, il ne cherche pas à comprendre ou il ne le peut pas ... dangereux!

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs