Coronavirus - La Banque de Norvège devance l'appel et réduit ses taux

En Suède voisine où le taux directeur est de 0% depuis décembre --après des années de taux négatifs--, la banque centrale a annoncé le même jour un prêt exceptionnel de jusqu'à 500 milliards de couronnes (46 milliards d'euros) aux banques afin d'éviter les faillites d'entreprises.

"Il y a une incertitude considérable quant à la durée et à l'impact de l'épidémie de coronavirus, avec un risque de ralentissement économique prononcé", a indiqué la banque centrale norvégienne dans un communiqué.

L'institut d'émission s'est discrètement réuni jeudi pour devancer une annonce jusqu'à présent attendue le 19 mars à l'issue d'une réunion ordinaire programmée.

Il emboîte ainsi le pas à plusieurs autres banques centrales (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Canada...) qui ont baissé leurs taux ces derniers jours pour amortir les conséquences du coronavirus.

La Banque centrale européenne (BCE) n'a quant à elle pas touché à ses taux jeudi mais a présenté un arsenal de mesures visant à endiguer la panique financière et limiter l'impact économique de la pandémie.

La réduction des taux norvégiens est assortie de prêts extraordinaires aux banques du pays. Suivant les recommandations de la banque centrale, le ministère norvégien des Finances a également décidé de réduire les exigences de fonds propres contracycliques imposées aux banques.

Le gouvernement norvégien doit par ailleurs présenter ce vendredi à 12H30 des mesures de soutien à l'économie nationale, notamment aux compagnies aériennes comme Norwegian Air Shuttle, frappée de plein fouet par la chute de la demande due au Covid-19.

Plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest, la Norvège disposait jusqu'à présent d'une économie solide mais le pays est désormais doublement affecté par la pandémie et par le plongeon du prix du pétrole. Plusieurs économistes ont évoqué des risques de récession cette année.

Economiste chez DNB, Kjersti Haugland a salué sur Twitter la décision de la banque centrale, y voyant "une réponse forte au double choc qui touche l'économie norvégienne".

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous