Selon Médecins du monde: les mesures actuelles contre le coronavirus sont inadaptées à la situation des sans-abri

Selon Médecins du monde: les mesures actuelles contre le coronavirus sont inadaptées à la situation des sans-abri
EPA

Les mesures contraignantes adoptées par les différentes autorités du pays ne sont pas adaptées aux groupes de la population les plus fragilisés tels que les sans-abri. Les différents acteurs de ce secteur sont en discussion avec les autorités pour parvenir à des solutions, a indiqué vendredi l’association Médecins du monde.

Celle-ci travaille au quotidien avec des personnes sans-abri, des familles qui vivent dans la rue ou des personnes exclues des soins. L’organisation dit mettre tout en œuvre pour protéger ses patient(e)s, ses employé(e)s et ses bénévoles, et appliquer les mesures de prévention à tout qui fréquente les centres de soins, antennes et projets externes.

« Nous estimons que les mesures actuelles et les recommandations prodiguées ne tiennent pas compte de ces groupes de personnes : près de 80 % des personnes que voit Médecins du Monde sont sans-abri ou vivent dans des conditions insalubres. La recommandation de rester chez soi dès l’apparition de symptômes n’est tout simplement pas une option », a souligné vendredi Alexis Andries, directeur des projets belges de Médecins du Monde.

Pour l’organisation, les autorités doivent prendre des initiatives qui visent ces personnes, et en particulier leur hébergement. La priorité doit également être donnée à leur accès aux soins.

Selon Alexis Andries, des discussions sont en cours avec les responsables politiques pour déterminer des mesures adaptées telles que la mise en place d’espace de quarantaine et de soins de qualité. « Le plaidoyer que nous tenons depuis des années pour un accès aux soins (préventifs) juste et universel, indépendamment de la nationalité, du statut ou des revenus est plus que jamais d’actualité », a-t-il ajouté.

Selon Médecins du monde, 82 % des patient(e)s de ses différents programmes en Europe, n’a aucun accès aux soins. Leur vulnérabilité les expose à de nombreux risques, les personnes sans-abri souffrant souvent de maladies chroniques. Les conditions de vie auxquelles elles doivent faire face les rendent plus vulnérables au coronavirus, et les conséquences sur leur santé peuvent être plus sérieuses.

Faisant part de sa préoccupation face à cette situation, le ministre bruxellois de la Santé Alain Maron a affirmé vendredi, devant le parlement régional, que des mesures spécifiques étaient à l’étude face à la situation à risque à laquelle sont exposés les centres d’accueil des sans-abri et des migrants. D’après lui, la Croix Rouge offrira une capacité d’accueil supplémentaire dans un immeuble de la rue de Trêves, si des foyers de coronavirus devaient apparaître dans ces centres.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous