Coronavirus - Services traiteur mis timidement en place pour pallier l'absence d'activités à venir (2)

Si quelques-uns ont déjà pris le pas de proposer des plats à emporter ou à livrer à domicile, des questions se posent dans le chef d'autres plus incertains sur la manière de mettre en place un tel service.

"Tout le monde s'interroge pour l'instant", concède Philippe Trine, le président de la Fédération Horeca Bruxelles, qui compte 3.800 membres.

"Plusieurs membres ont déjà abordé le sujet. Des discussions en cours vont en ce sens. Même si les restaurants sont fermés, les gens veulent encore bien manger. L'idée serait de mettre en place un système de plats à emporter. Pourquoi pas un plat unique du jour aussi, à commander par téléphone ou en ligne. Les possibilités existent et cela permettrait de faire le pont et de garder un minimum d'activités pour nos membres", souligne pour sa part Miguel Van Keirsbilck, secrétaire général de la Belgian restaurants association (BRA), qui affiche 450 membres.

Les commandes à emporter et les livraisons sont possibles, ont d'ailleurs confirmé vendredi les cabinets des ministres des Indépendants Denis Ducarme et de la Santé publique Maggie De Block.

Quant à Visit.Brussels, l'organe public met tout en oeuvre pour aider le secteur horeca en relayant, principalement sur les réseaux sociaux, les initiatives prises par les restaurateurs, a indiqué Olivier Marette, responsable du département gastronomique de l'agence bruxelloise pour le tourisme.

Dans la même veine, le guide gastronomique Gault&Millau souhaite également soutenir les restaurants proposant des formules à emporter, en créant une page web spéciale intitulée "Chef's Take Away Collection" (https://be.gaultmillau.com/collections/chefs-take-away). "Nous espérons ainsi être utiles aux clients en leur indiquant encore plus rapidement ces restaurants pour les prochaines semaines. Et au secteur tout entier en lui permettant d'affronter un peu plus sereinement cette période difficile", souligne le guide jaune.

Plusieurs chefs et établissements, tous niveaux confondus, ont déjà annoncé qu'ils mettraient en place un service traiteur ou envisageaient de le faire: "Bruneau by Maxime Maziers", Christophe Hardiquest ("Bon Bon"** à Woluwe-saint-Pierre), Lionel Rigolet ("Comme chez soi"** à Bruxelles), Karen Torozyan ("Bozar"* à Bruxelles), Pascal Devalkeneer ("Le chalet de la Forêt"** à Uccle), Stefan Jacobs ("Hors champs" à Gembloux), "Tontons" à Uccle, "Cocina" à Ixelles, ...

Les deux fédérations horeca attendent en outre que des mesures d'aide financière soient prises par les autorités, comme le report des paiements de la TVA et/ou des cotisations sociales. La BRA, elle, en demande purement et simplement l'annulation.

Une réunion est justement actuellement en cours entre la Première ministre Sophie Wilmès, le ministre des Indépendants Denis Ducarme, la ministre de l'Emploi Nathalie Muylle et les associations de l'Horeca des trois Régions ainsi que les unions d'entrepreneurs et d'indépendants.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • d-20200122-3YF45A 2020-01-22 17:47:41

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Charleroi: une lente remontée pour la Ville Basse

  • Sa plateforme de livraison à domicile a permis à Uber de sauver les meubles mais pas les emplois
: 6700 sont passés à la trappe. © Photo News / Gregory Van Gansen.

    La tech’ a licencié près de 77.000 personnes dans le monde

  • © Dominique Duchesnes.

    Par Cécile Danjou

    Finances

    Les vacances en camping-car, un choix rentable?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous