Coronavirus - Lufthansa discute avec des gouvernements pour obtenir une aide

"Nous discutons avec les gouvernements de nos marchés domestiques d'une aide d'État", a déclaré un porte-parole du groupe aérien. Ces discussions ont été engagées avec les gouvernements allemand, belge, autrichien et suisse.

Lufthansa justifie sa démarche par le défi sans précédent que représente le nouveau virus, qui a conduit plusieurs États à restreindre fortement les liaisons aériennes. Les Etats-Unis, par exemple, ont annoncé la suspension des vols en provenance d'Europe, l'exception de la Grande-Bretagne. Le groupe discute avec les gouvernements "non seulement d'un allégement de nos charges mais également d'un soutien actif si cela s'avère nécessaire", a pour sa part indiqué le CEO Carsten Spohr dans un message vidéo au personnel de la compagnie aérienne.

Selon l'agence Bloomberg, qui se base sur une source anonyme, Lufthansa pourrait demander un prêt aux autorités allemandes et, en dernier ressort, l'État allemand pourrait prendre une participation au capital du groupe aérien, dans le cadre d'un plan de sauvetage.

Lufthansa a annoncé mercredi la suppression de 23.000 vols entre le 29 mars et le 24 avril en raison de l'épidémie de coronavirus.

De son côté, Brussels Airlines a décidé d'activer à partir de lundi la mesure de chômage économique temporaire à l'ensemble de son personnel, soit environ 4.000 personnes, et vise à une réduction du temps de travail allant de 20 à 25%. La compagnie aérienne va aussi réduire son programme de vols de 35% au total pour le mois de mars et de 45% en avril.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous