Accueil Belgique Politique

Grand Baromètre: le sud du pays toujours plus à gauche

PS, Ecolo et PTB prospèrent en Wallonie et à Bruxelles. Ensemble, ils réunissent 59,6 % des suffrages en Wallonie. Le MR se maintient, Défi tâtonne, le CDH glisse.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Le bloc de gauche n’existe pas, mais nous l’avons rencontré… Il n’existe pas : quel sens cela a-t-il d’additionner les suffrages et autres intentions de vote obtenus par PS, Ecolo et PTB, trois partis distants à bien des égards, antagonistes souvent ? Mais nous l’avons rencontré : la mathématique a ses droits, elle n’est pas insensée, et elle signale que ces trois formations rassemblent, selon Ipsos, pas moins de 59,6 % des intentions de vote en Wallonie. Une progression de près de 5 % par rapport aux élections du 26 mai 2019, où les mêmes décrochaient 54,8 % des voix.

L’ancrage à gauche de la Wallonie (vraisemblablement la région d’Europe la plus à gauche) contraste, c’est peu de le dire, avec la tendance très droitière observée en Flandre. Un abysse. A Bruxelles, la tendance gauche-gauche est à peine moins nette qu’en Wallonie, où PS, Ecolo et PTB cumulés emportent 53 % des intentions de vote.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Leotard Marc, samedi 14 mars 2020, 22:55

    Techniquement, si vous représentez sur un graphique les chiffres, vous devrez constater : 1° que P. Magnette devance ses poursuivants de plusieurs longueurs, il est dans une catégorie à lui seul (46% pour 32% au second)! ; 2° que E. Di Rupo n’est pas du tout deuxième si l’on représente conjointement les votes Oui et les votes Non. Il fait partie d’un petit groupe de personnalités clivantes et très contestées. C’est Mme Wilmès qui, en vérité, peut réclamer la palme de second en Wallonie et de second ou troisième à Bruxelles.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs